CAPEJS 2024

Arrêté du 27 novembre 2023 portant ouverture au titre de l’année 2024 d’une session d’examen pour l’obtention du certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement des jeunes sourds (CAPEJS)

NOR : FAMA2329609A
https://www.legifrance.gouv.fr/eli/arrete/2023/11/27/FAMA2329609A/jo/texte
JORF n°0296 du 22 décembre 2023
Texte n° 35

Par arrêté de la ministre déléguée auprès du ministre des solidarités et des familles, chargée des personnes handicapées, en date du 27 novembre 2023, une session d’examen pour l’obtention du certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement des jeunes sourds (CAPEJS) est organisée, au titre de l’année 2024, pour les candidats relevant de l’article 2 de l’arrêté du 28 mars 2023 relatif au diplôme d’Etat du certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement des jeunes sourds.
Les épreuves pratiques, dont les dates seront fixées ultérieurement, se dérouleront dans l’établissement lieu de stage de chaque candidat.
Les dossiers de candidature devront être composés des pièces suivantes :
– une demande d’inscription manuscrite sur papier libre (faisant figurer l’adresse postale ainsi qu’une adresse numérique/courrier électronique) ;
– la copie recto-verso d’un justificatif d’identité en cours de validité, délivré par une administration publique, comportant la photographie du titulaire ;
– les copies de titres ou diplômes ;
– le nom et l’adresse du service ou établissement dans lequel sont effectués les enseignements pratiques, les stages cliniques et les stages de pédagogie pratique ;
– tout document délivré par l’université, justifiant que le candidat remplit les conditions requises pour bénéficier des dispositions de l’article 15 de l’arrêté du 28 mars 2023 relatif au diplôme d’Etat du certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement des jeunes sourds.

Les dossiers devront être adressés avant le 19 février 2024 à : direction générale de la cohésion sociale, sous-direction de l’autonomie des personnes handicapées et des personnes âgées, bureau de l’insertion, de la citoyenneté et du parcours de vie des personnes handicapées (SD3B), site de TODS, 78-84, rue Olivier-de-Serres, CS 59234, 75739 Paris Cedex 15.

https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000048642467


Arrêté du 28 mars 2023 relatif au diplôme d’Etat du certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement des jeunes sourds

NOR : APHA2308733A
https://www.legifrance.gouv.fr/eli/arrete/2023/3/28/APHA2308733A/jo/texte
JORF n°0089 du 15 avril 2023, Texte n° 30

Titre PRÉLIMINAIRE (Article 1)
Titre Ier : ACCÈS À LA FORMATION (Articles 2 à 4)
Titre II : CONTENU ET ORGANISATION DE LA FORMATION (Articles 5 à 9)
Titre III : MODALITÉS DE CERTIFICATION (Articles 10 à 15)
Titre IV : VALIDATION DES ACQUIS DE L’EXPERIENCE (Articles 16 à 22)
Titre V : MESURES TRANSITOIRES (Articles 23 à 26)
Annexes

La ministre déléguée auprès du ministre des solidarités, de l’autonomie et des personnes handicapées, chargée des personnes handicapées,
Vu le code de l’éducation, notamment ses articles L. 335-5 D. 613-26 à D. 613-30 ;
Vu le code du travail, notamment ses articles L. 6412-1-1 et l’article D. 6113-19 ;
Vu le décret n° 2018-124 du 21 février 2018 relatif au diplôme d’Etat du certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement des jeunes sourds ;
Vu l’arrêté du 27 août 2013 modifié fixant le cadre national des formations dispensées au sein des masters « métiers de l’enseignement, de l’éducation et de la formation » ;
Vu l’arrêté du 10 février 2017 relatif à l’organisation de la formation professionnelle spécialisée et de la préparation au certificat d’aptitude professionnelle aux pratiques de l’éducation inclusive ;
Vu l’avis de la commission professionnelle consultative « cohésion sociale et santé » du 9 février 2023,
Arrête :


    • Le diplôme d’Etat du certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement des jeunes sourds atteste des compétences professionnelles pour exercer les fonctions et les activités telles que définies à l’annexe 1 « Référentiel professionnel » du présent arrêté.
      Il est classé au niveau 7 du cadre national des certifications professionnelles.


    • Peuvent s’inscrire à la formation les candidats remplissant au moins une des conditions suivantes :

      – être titulaire d’un diplôme au moins de niveau 6, délivré par l’Etat ou d’un diplôme, certificat ou titre homologué ou enregistré au répertoire national des certifications professionnelles au niveau 6 ;
      – être titulaire d’un diplôme au moins de niveau 5, délivré par l’Etat et visé à l’article L. 451-1 du code de l’action sociale et des familles et justifier de trois ans d’expérience professionnelle dans le domaine de l’intervention sociale ;
      – être titulaire d’un diplôme du secteur paramédical délivré par l’Etat, homologué ou enregistré au répertoire national des certifications professionnelles à un niveau au moins égal au niveau 5 et justifier de cinq ans d’expérience professionnelle dans le domaine de l’intervention sociale.

      Les candidats titulaires d’un diplôme délivré à l’étranger fournissent une attestation portant sur le niveau du diplôme dans le pays où il a été délivré.

    • Le candidat constitue auprès de l’établissement de formation un dossier d’admission comportant les pièces justificatives relatives aux conditions fixées à l’article 2 du présent arrêté, un curriculum vitae et un texte de présentation personnalisé de son projet professionnel et son parcours antérieur, permettant d’apprécier la correspondance de son projet et de ses centres d’intérêts principaux avec les objectifs de la formation.

    • Le ministre chargé des personnes handicapées confie par convention à un ou plusieurs établissements d’enseignement supérieur, notamment établissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel, l’organisation de la formation et des épreuves du diplôme d’Etat du certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement des jeunes sourds.


    • La formation préparant au diplôme d’Etat du certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement des jeunes sourds est dispensée sur une amplitude maximum de quatre semestres. Elle comporte 1 064 heures d’enseignement théorique et 690 heures de formation pratique.

    • L’enseignement se décompose en unités d’enseignement regroupées en quatre domaines de formation (DF) du référentiel de formation :

      – DF1 : Société et éducation inclusives ;
      – DF2 : Surdité et troubles associés ;
      – DF3 : Enfance, communication et pédagogie ;
      – DF4 : Situations d’accompagnement et d’enseignement (en éducation à visée inclusive).

      Le contenu des domaines de formation est précisé à l’annexe 2 « référentiel de formation » du présent arrêté.

    • La formation pratique, d’une durée globale de 690 heures, se déroule sous la forme d’une part de stages d’observation dans des domaines spécifiques, d’autre part d’un stage en responsabilité de pratique professionnelle tutorée.
      La pratique professionnelle tutorée donne lieu à une mise en situation pédagogique et à la production et à la conduite de projets pédagogiques adaptés.
      Chaque stage fait l’objet d’une convention entre l’établissement de formation, le stagiaire et le site d’accueil. La convention précise l’objet du stage, les modalités de son déroulement, les noms et qualifications des référents professionnels.

    • Un livret de formation est établi par l’établissement de formation pour chaque candidat. Il atteste du cursus de formation suivi et de la validation des domaines de formation.

    • Une instance technique et pédagogique mise en place par l’établissement de formation veille à la mise en œuvre du projet pédagogique et aux conditions générales d’organisation de la formation.


    • A l’issue de la formation, le candidat se présente au diplôme ou à l’obtention de blocs de compétences.
      Le référentiel de certification du diplôme d’Etat figure à l’annexe 3 du présent arrêté.

    • L’examen en vue de l’obtention du certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement de jeunes sourds est composé :
      a) Des épreuves référées aux blocs de compétences 1 à 8.
      Les épreuves sont organisées par l’établissement de formation, conformément au référentiel annexé ; la commission de jury exerce les attributions mentionnées à l’article 4 du décret du 21 février 2018 susvisé.
      b) Des épreuves de certification de la pratique professionnelle référées au bloc de compétences 9.
      Chaque épreuve de certification de la pratique professionnelle est validée par l’obtention d’une note d’au moins 10 sur 20.
      Pour un bloc composé d’une seule épreuve, l’acquisition du bloc de compétences est conditionnée par l’obtention d’une note égale au moins à 10 sur 20. Pour un bloc composé de plusieurs épreuves, l’acquisition du bloc est conditionnée par l’obtention d’une note d’au moins 10 sur 20 pour chacune des épreuves. Pour les blocs de compétences comportant plusieurs épreuves, en cas d’échec, les candidats autorisés à se présenter à nouveau conservent le bénéfice des notes d’épreuves supérieures ou égales à 10 sur 20 deux ans après leur première présentation à l’examen.

    • Les épreuves de certification de la pratique professionnelle du diplôme d’Etat se déroulent, dans toute la mesure du possible, avec les élèves auprès desquels le candidat a effectué le plus long stage pédagogique dans l’année de l’examen et sont organisées comme suit :
      Epreuve 1 – Enseignement de la langue française orale ou de la langue des signes française (option au choix du candidat) : épreuve professionnelle comportant deux séances de parole, langue et langage, respectivement une séance individuelle (30 minutes maximum) et une séance collective (30 minutes maximum), suivies chacune d’un entretien n’excédant pas 15 minutes ;
      Epreuve 2 – Enseignement didactique de la langue française écrite et d’un autre domaine d’apprentissage (au choix du candidat) : épreuve professionnelle de deux séances successives de 55 minutes maximum en modalité collective ou en modalité individuelle, suivies d’un entretien n’excédant pas une heure ;
      Epreuve 3 – Conception de projets : présentation aux examinateurs, suivie d’un entretien, pour une durée maximale de 30 minutes au total, du projet individuel d’accompagnement d’un élève (au choix des examinateurs) et présentation du projet pédagogique d’enseignement collectif ou des actions pédagogiques en tant que professionnel ressource ;
      Epreuve 4 – Maîtrise de la communication : les compétences en communication sont évaluées spécifiquement tout au long des séances face aux élèves.
      Chaque séance de l’épreuve 1 est notée sur 20. La moyenne sur 20 des notes constitue la note de l’épreuve.
      Chaque séance de l’épreuve 2 est notée sur 20. La moyenne sur 20 des notes constitue la note de l’épreuve.
      L’épreuve 3 est notée sur 20.
      L’épreuve 4 est notée sur 20.
      Le candidat transmet à la direction générale de la cohésion sociale au plus tard trois jours ouvrés avant la première épreuve de certification de la pratique professionnelle un dossier de présentation selon la trame qui lui est fournie.

    • L’établissement de formation adresse à la direction générale de la cohésion sociale, avant les dates limites fixées par celle-ci :
      a) La liste, par année universitaire, des élèves professeurs inscrits en formation ;
      b) Les résultats des candidats aux épreuves des blocs 1 à 8 ;
      c) Le livret de formation de chaque candidat, dûment complété.
      L’examen en vue des épreuves de pratique professionnelle du certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement des jeunes sourds est organisé par le ministre chargé des personnes handicapées.
      Les candidats constituent un dossier adressé au ministre chargé des personnes handicapées, dans le délai imparti lors de l’ouverture de la session d’examen. Il comporte :

      – une demande d’inscription manuscrite sur papier libre ;
      – la copie recto verso d’un justificatif d’identité, en cours de validité, délivrée par une administration publique, comportant la photographie du titulaire ;
      – les copies de leurs titres ou diplômes ;
      – le nom et l’adresse du service ou établissement dans lequel sont effectués les enseignements pratiques, les stages cliniques et les stages de pédagogie pratique.

      Les candidats qui présentent un handicap peuvent bénéficier d’aménagements dans les conditions définies par les articles D. 613-26 à D. 613-30 du code de l’éducation. La demande est formulée au plus tard à la date limite d’inscription à l’examen, sauf dans le cas où le handicap est révélé après cette échéance.

    • Le jury constitué conformément à l’article 4 du décret du 21 février 2018 susvisé se prononce sur les épreuves du diplôme à l’exception de celles qui ont déjà été validées, ou qui ont fait l’objet d’une décision de dispense.
      En l’absence du président désigné, la présidence est assurée dans l’ordre de nomination du jury. La voix du président est prépondérante en cas de partage.
      Le jury valide les épreuves au vu des propositions de la commission de jury mentionnée à l’article 11, des examinateurs des épreuves de certification de la pratique professionnelle et du livret de formation du candidat. Il établit la liste des candidats qui obtiennent le certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement des jeunes sourds.
      Tout candidat est autorisé à se présenter à nouveau aux épreuves de certification qu’il n’a pas validées. Il conserve le bénéfice des épreuves validées dans une période de deux ans à compter de la première convocation aux épreuves de certification de la pratique professionnelle.

    • Sont crédités de l’ensemble des blocs de compétences 1 à 8, les candidats titulaires d’un master mention « métier de l’enseignement, de l’éducation et de la formation, pratiques et ingénierie de la formation », parcours « enseignement et surdité », d’un master mention « sciences du langage », parcours « enseignement et surdité » ou d’un master mention « pratiques inclusives handicap accessibilité accompagnement », parcours « accessibilité pédagogique et éducation inclusive » option « enseignement et surdité » et délivré par un établissement d’enseignement supérieur ayant passé convention avec le ministère chargé des personnes handicapées pour mettre en place un parcours visant à l’enseignement des jeunes sourds.
      La demande d’inscription à l’examen en vue des épreuves mentionnée à l’article 12, sous réserve des pièces justificatives nécessaires, vaut demande de dispense.
      Sont également autorisés à s’inscrire à ces épreuves, dans les mêmes conditions, les candidats qui justifient de la validation des deux premiers semestres d’un master mentionné au premier alinéa du présent article.
      Dans ce cas, le certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement des jeunes sourds leur est délivré sous réserve de la validation de l’ensemble du master et des épreuves de certification de la pratique professionnelle.


    • Pour la prise en compte des activités mentionnées à l’article L. 6411-1 du code du travail, le rapport direct avec le diplôme est établi lorsque le candidat justifie avoir réalisé au regard du référentiel d’activités en annexe 1 :

      – au moins deux fonctions parmi les fonctions F1, F2, F3 et F4 dans le groupe « Enseignement et accompagnement pédagogique » ;
      – au moins deux fonctions parmi les fonctions F5, F6, F7 et F8 dans le groupe « Relation partenariale et accompagnement global du parcours » ;
      – au moins deux fonctions parmi les fonctions F9, F10, F11 et F12 dans le groupe « Veille, réflexion, production et transmission professionnelles ».

    • Le dossier de validation figure en annexe 4 du présent arrêté.

    • Le candidat est convoqué à un entretien avec le jury. L’entretien a une durée maximum d’une heure. Il peut être organisé par visioconférence.

    • Le président du jury peut décider d’organiser des sous-groupes d’examinateurs, dont au moins un titulaire du certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement des jeunes sourds.

    • Sur la base de l’examen du dossier de validation des acquis et de l’entretien avec le candidat, le jury peut décider :
      1° D’attribuer le certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement des jeunes sourds ;
      2° De valider un ou plusieurs blocs de compétences du certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement des jeunes sourds figurant dans le référentiel de compétences en annexe 1 du présent arrêté et identifier les aptitudes, compétences et connaissances qui feront l’objet de l’évaluation complémentaire nécessaire à l’obtention du diplôme ;
      3° De ne valider aucun bloc de compétences du certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement des jeunes sourds.
      La décision du jury est notifiée par le directeur général de la cohésion sociale.

    • En cas de validation partielle du diplôme, le candidat a la possibilité de :
      1° Poursuivre et enrichir son expérience professionnelle avant de déposer un nouveau dossier de validation complété et de se présenter devant le jury conformément à l’article 19 ;
      2° Suivre et valider les enseignements correspondant aux blocs de compétences non validés.


    • Les formations préparant au certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement des jeunes sourds organisées conformément aux dispositions de l’arrêté du 16 mars 2018 relatif au diplôme d’Etat du certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement des jeunes sourds et engagées avant la date d’entrée en vigueur du présent arrêté, ainsi que les modalités d’examen et de délivrance du diplôme correspondant restent soumises à ces dispositions.

    • Les candidats engagés à la date d’entrée en vigueur du présent arrêté dans un parcours de validation des acquis de l’expérience et ayant reçu une décision de recevabilité avant le 5 avril 2023, peuvent présenter le dossier de validation conformément à l’annexe 1 de l’arrêté du 19 août 2019 relatif aux modalités d’organisation de la validation des acquis de l’expérience pour l’obtention du diplôme d’Etat du certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement des jeunes sourds. En cas de validation partielle, le jury identifie les compétences à acquérir.

    • Sous réserve des dispositions de l’article 23 et de l’article 24, les arrêtés du 16 mars 2018 relatif au diplôme d’Etat du certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement des jeunes sourds et du 26 août 2019 relatif aux modalités d’organisation de la validation des acquis de l’expérience pour l’obtention du diplôme d’Etat du certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement des jeunes sourds sont abrogés à l’entrée en vigueur du présent arrêté.
      L’arrêté du 20 août 1987 fixant les modalités de formation, les conditions d’organisation de l’examen en vue de l’obtention du diplôme d’Etat intitulé certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement des jeunes sourds modifié est abrogé.

    • Le directeur général de la cohésion sociale est chargé de l’exécution du présent arrêté, qui sera publié au Journal officiel de la République française.


    • ANNEXES
      ANNEXE I
      RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL

      Définition du métier

      Le professeur spécialisé titulaire du diplôme d’Etat du certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement adapté aux jeunes sourds (CAPEJS) assure des fonctions d’enseignement et d’accompagnement pédagogique permettant les apprentissages scolaires et la formation des enfants, adolescents ou jeunes adultes sourds.
      Il intervient en éducation précoce, au niveau primaire, secondaire ou professionnel ; il peut également intervenir au niveau supérieur, et exercer auprès d’élèves présentant des troubles spécifiques du langage.
      Il exerce ses fonctions principalement dans les établissements et services médico-sociaux mentionnés au I de l’article L. 312-1 du code de l’action sociale et des familles, et au sein de leurs différents dispositifs, pour l’accompagnement des jeunes sourds avec ou sans troubles associés.
      Pour ce faire, il instaure un cadre favorable et met en œuvre les activités nécessaires à leur développement langagier et linguistique. Il participe également à celui de la maîtrise des outils et stratégies de compensation de leur handicap, à celui de leur autonomie et de leur socialisation.
      Il vise une maîtrise de la langue française écrite, orale et de la langue des signes française dans le respect de leur projet linguistique individuel ainsi que l’acquisition de connaissances et compétences qui leur permettent de suivre un parcours de formation les menant vers une insertion sociale et professionnelle.
      Il conçoit et met en œuvre des séances de parole langue-langage selon leur profil langagier et leur projet linguistique.
      Il assure une fonction d’expertise pour évaluer et analyser les besoins de compensation et d’accessibilité, et y répondre en appliquant les principes de différenciation pédagogique.
      Il est force de proposition pour l’élaboration et la réalisation du projet individualisé d’accompagnement, notamment pour la mise en œuvre du projet personnalisé de scolarisation de l’élève quel que soit son mode de scolarisation en favorisant un parcours inclusif.
      Son action s’effectue en coopération étroite avec la famille, les membres de la communauté éducative et de l’équipe pluridisciplinaire médico-sociale auprès de qui il exerce une mission de professionnel ressource pour sensibiliser, conseiller, et adapter l’environnement en respectant la volonté du bénéficiaire de son accompagnement.
      Il assure une veille professionnelle et contribue à l’amélioration des pratiques. Il peut exercer des missions de tuteur et s’impliquer dans des actions de recherche.

      Référentiel d’activités du métier de professeur spécialisé de l’enseignement adapté aux jeunes sourds

      Fonctions I : Enseignement et accompagnement pédagogique :
      Le professeur titulaire du CAPEJS exerce une fonction d’expert de l’observation, de l’évaluation et de l’élaboration de réponses adaptées à l’ensemble des besoins éducatifs particuliers de l’élève à partir desquels sont définis et ajustés les objectifs de l’accompagnement pédagogique.
      Il instaure une relation pédagogique favorisant simultanément les apprentissages, la sécurité, l’autodétermination, le développement de l’autonomie, de la confiance et de l’estime de soi de l’élève, tout au long de son parcours.
      Il participe au développement des connaissances et compétences scolaires, et des capacités cognitives, sensorielles et motrices des élèves accompagnés.
      Il enseigne ou intervient, seul ou conjointement, en séance individuelle ou collective dans le respect du cadre réglementaire et des instructions officielles, en cohérence avec le projet pédagogique du dispositif de scolarisation.
      Il peut intervenir auprès de l’enfant et de son environnement, dans le cadre de l’accompagnement d’un établissement ou service médico-social (EMS et ESMS), en particulier centre d’action médico-sociale précoce (CAMSP), service d’accompagnement familial et d’éducation précoce (SAFEP), service d’éducation spéciale et de soins à domicile (SESSAD), service de soutien à l’éducation familiale et à la scolarisation (SSEFS), équipe mobile d’appui médico-social à la scolarisation des enfants en situation de handicap (EMAS), pôle de compétences et de prestations externalisées (PCPE), ou au sein d’une unité localisée pour l’inclusion scolaire (ULIS), pôle d’enseignement des jeunes sourds (PEJS)…
      F1. Elaboration, adaptation et réalisation d’évaluations :
      F1.1. Recueillir le ressenti de l’élève relatif à ses difficultés et ses réussites, ses craintes, ses objets de satisfaction, ses demandes, ses projets (notamment d’orientation), ses conditions de scolarisation.
      F1.2. Repérer les répercussions de la déficience sensorielle de l’élève dans sa scolarité et en évaluer les conséquences.
      F1.3. Repérer les incidences d’un besoin éducatif particulier aggravant la situation de handicap d’origine sensorielle, l’émergence d’une nouvelle pathologie ou l’évolution de la déficience sensorielle.
      F1.4. Evaluer, seul ou conjointement, les compétences des élèves pour rédiger et adapter les projets d’accompagnement à partir des besoins identifiés.
      F1.5. Réaliser des évaluations notamment diagnostiques, formatives et sommatives.
      F1.6. Repérer les appétences dans les différentes situations de communication. Evaluer les compétences et les acquisitions langagières en tenant compte du contexte communicationnel et de la langue maternelle.
      F1.7. Rédiger et présenter des comptes rendus d’évaluation du langage et d’évolution de la communication.
      F1.8. Procéder aux évaluations de compétences langagières en référence aux étapes de l’acquisition du langage chez l’enfant, et en fonction du cadre européen commun de référence pour les langues (CECRL).
      F1.9. Repérer les conséquences de la surdité sur les apprentissages.
      F1.10. Identifier les obstacles et les facilitateurs en situation d’apprentissage.
      F1.11. Adapter les modalités et les supports d’évaluations pour les rendre accessibles.
      F1.12. S’assurer de la mise en œuvre cohérente des adaptations et aménagements prévus aux épreuves d’examen et pour toutes les évaluations de l’année.
      F1.13. Faire passer les évaluations nécessaires à l’obtention d’examen, de certification et d’attestation.
      F1.14. Accompagner les candidats lors des épreuves d’examen dans le respect des aménagements accordés par notification.
      F2. Conception de l’action pédagogique adaptée aux besoins éducatifs particuliers de l’élève :
      F2.1. Adapter son enseignement aux instructions officielles de l’éducation nationale, dont les programmes d’enseignement, et le socle commun de connaissances, de compétences et de culture.
      F2.2. Concevoir des programmations et progressions de séquences, séances et situations d’enseignement et d’apprentissage notamment en les articulant avec celles des autres enseignants.
      F2.3. Elaborer des fiches de préparation des séances d’enseignement.
      F2.4. Concevoir ou contribuer à la conception de projets pluridisciplinaires ou pluriprofessionnels notamment en s’inscrivant dans une pédagogie de projet.
      F2.5. Chercher, sélectionner ou créer des ressources documentaires, des outils ou des supports pédagogiques adaptés.
      F2.6. Utiliser les technologies numériques en tenant compte de leurs évolutions.
      F2.7. Concevoir l’enseignement de la langue écrite selon une approche pédagogique et didactique adaptée au projet linguistique.
      F3. Mise en œuvre de l’action pédagogique adaptée aux besoins éducatifs particuliers de l’élève :
      F3.1. Donner sa place à chaque élève, gérer la communication au sein des groupes constitués, veiller au respect mutuel et à celui des règles de vie.
      F3.2. Solliciter l’expression de l’élève et en améliorer la qualité. Vérifier la compréhension des messages dans toute situation de communication selon la modalité d’enseignement.
      F3.3. Organiser le déroulement des activités d’enseignement selon les différentes modalités de travail de l’élève en séance individuelle ou collective.
      F3.4. Gérer la communication et favoriser la participation de tous et les interactions entre élèves.
      F3.5. Enseigner dans une langue homogène et conventionnelle à la portée de chaque élève (langue des signes, langue française orale, avec ou sans langage parlé complété (code LPC), et langue française écrite).
      F3.6. Prévenir les difficultés relatives aux apprentissages visés.
      F3.7. Repérer les connaissances nécessaires non acquises et travailler à leur maîtrise.
      F3.8. Mettre en place des actions de remédiation en variant les entrées dans les apprentissages concernés.
      F3.9. Mettre en place des situations de consolidation des apprentissages.
      F3.10. Mettre en place des situations de transfert des acquisitions.
      F3.11. Proposer des outils et méthodes de travail en définissant des stratégies d’apprentissages personnalisées et explicites.
      F3.12. Mettre en œuvre des séances d’enseignement selon les progressions séquentielles conçues.
      F3.13. Adapter son enseignement à la diversité des élèves, à leurs modes de communication, dans le respect du projet linguistique de chacun.
      F3.14. Mettre en place les démarches, méthodes, outils et supports visant la maîtrise de la langue écrite.
      F3.15. Mobiliser l’écrit et les aides visuelles adaptées favorisant les apprentissages.
      F4. Développement de la maîtrise des outils et stratégies de compensation du handicap sensoriel :
      F4.1. Proposer, dans toute situation, les conditions favorables à l’instauration de la communication, au développement du langage et à la construction d’une langue de communication.
      F4.2. Etablir des projets de développement de la langue des signes française ou de la langue française orale dans le cadre de séances individuelles ou collectives.
      F4.3. En séance de parole-langue-langage, développer et améliorer l’expression et la compréhension des élèves quels que soient leurs modes de communication en mobilisant les méthodes et outils adaptés.
      F4.4. Mettre en place des situations de communication permettant d’atteindre les objectifs fixés en séances individuelles ou collectives : compétences discursives, sociales, culturelles, linguistiques (lexique, grammaire, phonologie…).
      F4.5. En fonction du projet linguistique de chacun, en faisant appel aux méthodes (ex : la méthode verbo-tonale) et aides techniques adaptées à chaque élève.
      F4.6. Développer l’éducation auditive, notamment en lien avec l’audiogramme et l’exploitation des aides de récupération auditive, la lecture labiale, le codage et décodage du code LPC, et l’éducation visuelle.
      F4.7. Développer l’utilisation et la maîtrise du sous-titrage et des outils d’aide technologique à la lecture et à l’écriture (logiciels…).
      F4.8. Développer chez l’élève des stratégies adaptées qui visent la maîtrise de l’écrit (lecture-écriture).
      Fonctions II : Relation partenariale et accompagnement global du parcours :
      Le titulaire du CAPEJS est un interlocuteur privilégié de la famille de l’enfant, de l’adolescent ou du jeune majeur déficient sensoriel avec lesquels il instaure une relation de confiance, favorisant l’expression de leurs choix quant au projet individualisé d’accompagnement. Dans son action, il intègre pleinement l’expertise familiale.
      Il exerce ses activités au sein d’une équipe pluriprofessionnelle avec laquelle il échange continuellement, dans le cadre de son domaine de compétences d’enseignant spécialisé, pour l’amélioration de l’accompagnement global.
      Il participe à la coordination des actions des professionnels concourant à l’accueil et à l’accompagnement de l’enfant, et peut se voir confier des missions complémentaires dédiées à cette tâche.
      Il assure une fonction d’appui et de ressource auprès de l’entourage de l’enfant, en proposant des actions d’information et de sensibilisation.
      F5. Coopération avec les familles :
      F5.1. Recueillir les attentes, observations, et projets de l’enfant et de sa famille, ou du jeune majeur. Répondre à leurs interrogations.
      F5.2. Recueillir les éléments concernant les environnements de l’enfant.
      F5.3. Mettre en œuvre des observations croisées avec la famille, pour des choix pertinents quant à la construction du projet linguistique au regard, notamment, de la communication familiale (langue[s] familiale[s], outils de communication, stratégies développées…) et du choix de l’enfant.
      F5.4. Partager avec les parents les observations sur l’évolution, les acquisitions et compétences de leur enfant, les informer sur les divers parcours de scolarisation.
      F5.5. Selon leurs besoins, orienter les responsables légaux vers d’autres professionnels internes ou externes au dispositif d’accompagnement.
      F5.6. Participer à l’accompagnement précoce du très jeune enfant (0-3 ans) et préparer sa scolarisation.
      F5.7. Pour le jeune enfant et selon l’évolution de la surdité, informer les parents sur les processus de la communication, sur les modes de communication, échanger sur le projet linguistique.
      F5.8. Pour le jeune enfant, conseiller les familles et mettre en place, au besoin, des situations pour que s’établisse et se développe la communication entre l’enfant et son environnement.
      F5.9. Informer sur l’utilisation des outils de compensation et notamment l’utilisation quotidienne de l’appareillage.
      F5.10. Etablir un dialogue avec l’enfant et sa famille sur le projet linguistique tout au long du parcours, avec une information neutre et exhaustive et un accompagnement dans le respect de leur choix.
      F5.11 Co-construire ou réguler le projet individualisé d’accompagnement en définissant des objectifs au regard des capacités de l’enfant et des possibilités de parcours.
      F6. Participation à l’action des équipes pluriprofessionnelles médico-sociales :
      F6.1. Participer à l’élaboration conjointe des projets pluridisciplinaires et pluriprofessionnels, et les mettre en œuvre.
      F6.2. Soutenir l’analyse et les activités des membres de l’équipe pluriprofessionnelle selon le projet individualisé d’accompagnement.
      F6.3. Apporter les éléments d’évaluation scolaire nécessaires à l’élaboration des réponses aux besoins de l’élève en matière de scolarisation et de mise en œuvre du projet personnalisé de scolarisation (PPS).
      F6.4. Agir en complémentarité avec l’orthophoniste, le professeur de langue des signes française (LSF) ou tout autre expert, et apporter des éléments d’évaluation du langage nécessaires à l’élaboration ou à la régulation du projet linguistique.
      F6.5. Coopérer avec l’interprète en LSF ou le codeur en LPC.
      F6.6. Assurer les missions de référent du projet individualisé d’accompagnement (PIA) et coordonner les actions pour la réalisation du parcours.
      F6.7. Co-intervenir avec d’autres professionnels de l’équipe.
      F6.8. Mobiliser des professionnels et ressources (locales ou nationales) extérieurs à l’ESMS de l’enseignant.
      F7. Participation à l’action des équipes pédagogiques :
      F7.1. Informer et échanger sur les conséquences liées à la déficience sensorielle, et apporter des conseils sur les aménagements et adaptations pédagogiques nécessaires.
      F7.2. Présenter et coordonner les éléments des évaluations et compétences scolaires, des difficultés, des besoins spécifiques de l’élève et de leur évolution.
      F7.3. Collaborer aux actions des équipes enseignantes (Education nationale, médico-sociale…) en participant à des concertations entre les enseignants, en contribuant à la vie institutionnelle de l’établissement assurant la scolarisation, et en proposant des modifications argumentées du projet personnalisé de scolarisation.
      F7.4. Contribuer aux réflexions de l’équipe de suivi de la scolarisation (ESS), et à l’élaboration du guide d’évaluation des besoins de compensation en matière de scolarisation (GEVA-Sco) en lien avec l’enseignant référent à la scolarisation des élèves en situation de handicap.
      F8. Appui médico-social aux professionnels de l’environnement de l’enfant, de l’adolescent ou du jeune adulte :
      F8.1. Informer sur les conséquences liées à la déficience sensorielle avec les professionnels du milieu d’accueil notamment scolaire ou de formation.
      F8.2. Echanger relativement aux capacités de la personne accompagnée, ses besoins particuliers et les stratégies de compensation qu’elle a développées.
      F8.3. Assurer une vigilance afin de prévenir des difficultés notamment liées aux troubles associés.
      F8.4. Apporter des conseils afin de favoriser l’accessibilité des environnements.
      F8.5. Proposer des moyens de mobiliser des outils et stratégies de compensation.
      Fonctions III : Veille, réflexion, production et transmission professionnelles :
      Tout au long de sa carrière, le professeur participe aux démarches institutionnelles, à la diffusion des connaissances relatives à la pratique professionnelle. Il veille à analyser, évaluer sa pratique et à poursuivre sa formation.
      Selon son expérience et les demandes institutionnelles, il peut être amené à assurer certaines des activités suivantes, mais il doit tendre vers leur réalisation la plus exhaustive possible : tutorat, recherche, intervention en formation.
      F9. Participation aux démarches institutionnelles :
      F9.1. Animer une réunion de travail ou y participer, et en rédiger un compte rendu.
      F9.2. S’impliquer dans les projets institutionnels (projet d’établissement, de service, de dispositif…).
      F9.3. Participer aux démarches d’évaluation continue des projets institutionnels, de production et d’amélioration des documents institutionnels.
      F9.4. Mobiliser les éléments des cadres législatif et réglementaire propres à ses activités.
      F9.5. Concevoir, présenter et diffuser les écrits professionnels (bulletins d’évaluation scolaire, livrets de compétences, notes d’observations, projets liés à l’accompagnement individuel et collectif…).
      F10. Information relative à la pratique professionnelle et transmission des connaissances :
      F10.1. Consigner par écrit son activité pédagogique sur tout support de suivi de l’accompagnement (cahier journal, cahier de bord, de texte, dossier usager informatisé…).
      F10.2. Intervenir dans le cadre d’actions de sensibilisation et d’information : apporter une connaissance de la surdité et de ses conséquences sur le développement du langage et des apprentissages, et l’utilisation des modes de communication.
      F10.3. Participer à des travaux de réflexion au sein de groupes de travail intra ou inter établissements et services.
      F10.4. Intervenir dans le cadre de conférences, colloques…
      F11. Analyse, auto-évaluation et amélioration personnelles de la pratique :
      F11.1. Evaluer sa pratique, la confronter aux recommandations de la Haute Autorité de santé et s’y conformer.
      F11.2. Participer à des séances d’analyse des pratiques professionnelles ou d’observation croisée.
      F11.3. Développer sa démarche réflexive et poursuivre sa formation tout au long de sa carrière.
      F11.4. Suivre des actions de formation complémentaire, des conférences, des colloques…
      F11.5. Assurer une veille professionnelle relative à l’ensemble de ses activités par la lecture de revues et d’ouvrages professionnels, la consultation des médias, sites numériques ou réseaux spécialisés.
      F11.6. Suivre l’évolution du matériel pédagogique notamment spécialisé, du matériel d’aide à la compensation, et des logiciels informatiques. Mettre à jour ses connaissances théoriques et techniques relatives à leur utilisation.
      F12. Tutorat, intervention en formation et implication dans des actions de recherche scientifique :
      F12.1. Accueillir tout stagiaire ou futur professionnel en formation, et participer à son évaluation au besoin.
      F12.2. Assurer les missions de tuteurs des futurs professeurs spécialisés.
      F12.3. Assurer des missions d’aide et de conseil à d’autres enseignants.
      F12.4. Accompagner ou superviser la production de travaux professionnels.
      F12.5. Intervenir dans le cadre d’actions de formation initiale ou continue.
      F12.6. Prendre part à des actions et travaux de recherche scientifique, à des expérimentations et études.
      F12.7. Rédiger des articles de presse ou de publication universitaire.
      F12.8. Développer des collaborations avec des structures et centres de recherche ou de formation.
      F12.9. Intervenir en tant que notateur ou membre du jury dans le cadre de l’évaluation d’épreuves d’examen ou de la validation des acquis de l’expérience (VAE).

      Référentiel de compétences professionnelles du métier de professeur spécialisé de l’enseignement adapté aux jeunes sourds

      BC1 : Usages avancés et spécialisés des outils numériques
      BC1.1. Identifier les usages numériques et les impacts de leur évolution sur le ou les domaines concernés par la mention.
      BC1.2. Se servir de façon autonome des outils numériques avancés pour un ou plusieurs métiers ou secteurs de recherche du domaine.
      BC2 : Développement et intégration des savoirs hautement spécialisés :
      BC2.1. Mobiliser des savoirs hautement spécialisés, dont certains sont à l’avant-garde du savoir dans un domaine de travail ou d’études, comme base d’une pensée originale.
      BC2.2. Développer une conscience critique des savoirs dans un domaine ou à l’interface de plusieurs domaines.
      BC2.3. Résoudre des problèmes pour développer de nouveaux savoirs et de nouvelles procédures et intégrer les savoirs de différents domaines.
      BC2.4. Apporter des contributions novatrices dans le cadre d’échanges de haut niveau, et dans des contextes internationaux.
      BC2.5. Conduire une analyse réflexive et distanciée prenant en compte les enjeux, les problématiques et la complexité d’une demande ou d’une situation afin de proposer des solutions adaptées et/ou innovantes en respect des évolutions de la réglementation.
      BC3 : Communication spécialisée pour le transfert des connaissances :
      BC3.1. Identifier, sélectionner et analyser avec esprit critique diverses ressources spécialisées pour documenter un sujet et synthétiser ces données en vue de leur exploitation.
      BC3.2. Communiquer à des fins de formation ou de transfert de connaissances, par oral et par écrit, en français et dans au moins une langue étrangère.
      BC4 : Appui à la transformation en contexte professionnel :
      BC4.1. Gérer des contextes professionnels ou d’études complexes, imprévisibles et qui nécessitent des approches stratégiques nouvelles.
      BC4.2. Prendre des responsabilités pour contribuer aux savoirs et aux pratiques professionnelles et/ou pour réviser la performance stratégique d’une équipe.
      BC4.3. Conduire un projet (conception, pilotage, coordination d’équipe, mise en œuvre et gestion, évaluation, diffusion) pouvant mobiliser des compétences pluridisciplinaires dans un cadre collaboratif.
      BC4.4. Analyser ses actions en situation professionnelle, s’autoévaluer pour améliorer sa pratique dans le cadre d’une démarche qualité.
      BC4.5. Respecter les principes d’éthique, de déontologie et de responsabilité environnementale.
      BC5 : Compétences communes à tous les professeurs et personnels d’éducation :
      BC5.1. Faire partager les valeurs de la République.
      BC5.2. Inscrire son action dans le cadre des principes fondamentaux du système éducatif et dans le cadre réglementaire de l’école.
      BC5.3. Connaître les élèves et les processus d’apprentissage.
      BC5.4. Prendre en compte la diversité des élèves.
      BC5.5. Accompagner les élèves dans leur parcours de formation.
      BC5.6. Agir en éducateur responsable et selon des principes éthiques.
      BC5.7. Maîtriser la langue française à des fins de communication.
      BC5.8. Utiliser une langue vivante étrangère dans les situations exigées par son métier.
      BC5.9. Intégrer les éléments de la culture numérique nécessaires à l’exercice de son métier.
      BC5.10. Coopérer au sein d’une équipe.
      BC5.11. Contribuer à l’action de la communauté éducative.
      BC5.12. Coopérer avec les parents d’élèves.
      BC5.13. Coopérer avec les partenaires de l’école.
      BC5.14. S’engager dans une démarche individuelle et collective de développement professionnel.
      BC6 : Compétences communes à tous les professeurs :
      BC6.1. Maîtriser les savoirs disciplinaires et leur didactique.
      BC6.2. Maîtriser la langue française dans le cadre de son enseignement.
      BC6.3. Construire, mettre en œuvre et animer des situations d’enseignement et d’apprentissage prenant en compte la diversité des élèves.
      BC6.4. Organiser et assurer un mode de fonctionnement du groupe favorisant l’apprentissage et la socialisation des élèves.
      BC6.5. Evaluer les progrès et les acquisitions des élèves.
      BC7 : Conception et mise en œuvre de dispositifs inclusifs :
      BC7.1. Maîtriser les concepts fondamentaux qui permettent de construire une société inclusive.
      BC7.2. Se positionner dans l’environnement (institutionnel, familial, associatif…) et collaborer avec les différents acteurs du parcours de vie des personnes à besoins spécifiques.
      BC7.3. Analyser les besoins des différents publics et mettre en œuvre des réponses adaptées pour permettre la participation sociale des publics à besoins spécifiques.
      BC8 : Analyse des besoins spécifiques des jeunes sourds et élaboration de réponses adaptées :
      BC8.1. Connaître et comprendre le cadre institutionnel et les divers dispositifs de scolarisation et d’accompagnement des jeunes sourds en lien avec les aspects législatifs et réglementaires.
      BC8.2. Comprendre les enjeux de l’éducation des jeunes sourds par des connaissances sur les éléments fondamentaux de la surdité dans une perspective socio-historique.
      BC8.3. Connaître les implications de la surdité sur les processus cognitifs intervenant dans les apprentissages, particulièrement dans le domaine du langage, en lien avec les divers aspects développementaux chez l’enfant.
      BC8.4. Connaître les éléments principaux de l’appareil audio-phonatoire et les aides de récupération auditive afin d’accompagner de manière adaptée le développement langagier (selon le projet linguistique de l’enfant).
      BC8.5. Connaître le cadre d’intervention auprès des enfants de 0 à 3 ans et les missions en éducation précoce, avec la mise en place de la communication, en étroite coopération avec la famille, l’équipe pluridisciplinaire et auprès des partenaires si nécessaire (crèches, structures médico-sociales ou autres).
      BC8.6. Développer un niveau de maîtrise des langues d’enseignement, en lien avec des connaissances en linguistique et didactique des langues, permettant d’enseigner en respectant le profil linguistique des élèves.
      BC8.6.1. Maîtriser le code LPC afin d’enseigner en langue française orale avec le code LPC
      BC8.6.2. Compétences en LSF au niveau B2 visé pour tous et C1, pour l’option LSF
      BC8.7. A partir de l’évaluation des compétences de l’élève et de ses besoins, construire des séquences d’enseignement collectives ou individuelles qui visent des objectifs de développement (de la réception et de l’expression) de la langue française orale ou de la langue des signes française et écrite des élèves.
      BC8.8. Recourir aux méthodes et aides techniques appropriées au développement de la langue française orale sur le versant réceptif et/ou expressif selon les besoins de l’enfant.
      BC8.9. Connaître les approches de l’apprentissage du français écrit selon le profil linguistique des élèves et développer des démarches et outils adaptés.
      BC8.10. Mobiliser ses connaissances pour concevoir des actions adaptées selon le dispositif d’exercice notamment en SSEFS ou UEE, en intervention avec un autre professionnel selon différentes modalités (co-intervention, co-enseignement ou autre).
      BC8.11. Connaître de nouvelles technologies numériques, supports pédagogiques ou d’autonomie (logiciels, applications…) répondant aux besoins particuliers des élèves sourds.
      BC8.12. Connaître et développer des dispositifs d’apprentissage adaptés aux élèves avec troubles associés à la surdité, aux élèves avec des contextes linguistiques variés ou avec d’autres besoins éducatifs particuliers.
      BC9 : Mise en œuvre de l’accompagnement pédagogique adapté aux enfants, adolescents et jeunes adultes sourds dans leur parcours de formation à visée inclusive :
      BC9.1. Agir de façon éthique en prenant en compte les éléments réglementaires et institutionnels de ses environnements professionnels en lien avec les responsabilités attachées à sa fonction.
      BC9.2. Développer des compétences relationnelles, de communication et d’animation, et exercer une fonction de personne ressource au sein de la communauté éducative et de son environnement, pour favoriser la transmission de l’information et de compétences, le partage de connaissances et la coopération.
      BC9.3. Adapter son mode de communication au profil langagier et au projet linguistique des élèves et favoriser dans toute situation d’intervention, l’amélioration de la qualité linguistique de l’élève que ce soit en langue française écrite, orale (avec ou sans le code LPC) et en langue des signes française (niveau B2 visé ou C1 pour l’option LSF).
      BC9.4. Maîtriser les contenus d’enseignement disciplinaires et leur didactique, particulièrement le domaine des langues (langue française orale et langue des signes française) et de la langue écrite en mobilisant des outils et méthodes adaptées (pour la langue française écrite et la langue française orale).
      BC9.5. Par sa fonction d’expert dans les domaines pédagogique et langagier, évaluer les compétences, analyser les besoins d’accessibilité et de compensation, concevoir et mettre en œuvre des situations d’apprentissage et d’accompagnement en réponse aux situations diverses.
      BC9.6. Construire et mener des projets interdisciplinaires et/ ou pluriprofessionnels contribuant au développement de pratiques inclusives.
      BC9.7. Intégrer à sa pratique l’usage et la maîtrise des technologies de l’information et de la communication, et la connaissance d’aides techniques et d’outils numériques spécifiques adaptés à la surdité.
      BC9.8. Analyser et adapter sa pratique professionnelle en tenant compte des évolutions des besoins des élèves sourds accompagnés, du métier et de son environnement de travail.


    • ANNEXE II
      RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

       

       

      DF 1 – SOCIÉTÉ et ÉDUCATION INCLUSIVES – 118 h
      UE 1 – Aspects législatifs et règlementaires – 59 h – 5 ECTS
      1.1. Enjeux éthiques et sociétaux de l’éducation inclusive
      1.1.1. Concepts fondamentaux permettant de construire le projet de l’école inclusive Le handicap et les besoins éducatifs particuliers
      Accessibilité et compensation
      1.1.2. Principes de l’école inclusive Concept de l’école inclusive
      Distinction des concepts d’intégration et de ségrégation
      1.1.3. Evolutions et changements Evolutions depuis le début du XXe siècle (mondes du « handicap » et de « l’adaptation scolaire »)
      Concept de « besoins éducatifs particuliers »
      De l’éducation spécialisée à l’école inclusive
      Evolution d’une logique de placement à une logique d’accompagnement. Conséquences sur les structures, dispositifs et procédures. Evolutions des publics et des modes de scolarisation
      Complémentarité des logiques d’accessibilité et de compensation
      Raisonnement en termes de besoins
      1.1.4. Cadre international Textes supranationaux qui conditionnent l’action publique
      Classifications du handicap existantes au niveau international
      1.2. Cadre législatif et réglementaire et sa mise en œuvre
      1.2.1. Principes généraux du droit et outils de la veille juridique La hiérarchie des normes nationales
      L’articulation avec les textes internationaux ratifiés (ONU et union européenne)
      Les principales sources d’information juridique
      1.2.2. Loi du 11 février 2005 et textes relatifs à la scolarisation des élèves en situation de handicap (évolution depuis la loi de 1975 ; la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH) (procédure d’orientation et PPS) Principes et modalités d’ouverture de droits au titre du handicap (définition du handicap, la MDPH, la commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées (CDAPH), l’équipe pluridisciplinaire d’évaluation (EPE), le plan personnalisé de compensation (PPC)
      De la saisine de la MDPH au PPS (enseignant référent, GEVA-Sco, PPS, ESS)
      Décisions de la MDPH quant au PPS : modalités de scolarisation de l’élève en situation de handicap, accompagnement de l’élève en situation de handicap (par un ESMS, aide humaine, matériel pédagogique adapté) et autres aides à la scolarisation (dont les aménagements d’examens)
      Décisions de la CDAPH relatives à la scolarisation
      1.2.3. Dispositifs d’adaptation scolaire et d’aides spécialisées et autres dispositions de droit commun Scolarisation dans un dispositif d’enseignement général et professionnel adapté (section d’enseignement général et professionnel adapté -SEGPA, établissements régionaux d’enseignement adapté – EREA)
      Le réseau d’aides spécialisées aux élèves en difficulté (RASED)
      Autres dispositions de droit commun
      Le projet d’accueil individuel (PAI)
      Le plan d’accompagnement personnalisé (PAP)
      Le projet personnalisé de réussite éducative (PPRE)
      L’assistance pédagogique à domicile (troubles de la santé)
      Autres dispositifs : unité pédagogique pour élèves allophones arrivants (UPE2A), classe-relais, etc.
      1.2.4. Les différents parcours de scolarisation de l’élève sourd : modalités d’accompagnement, dispositifs actuels et leur évolution Textes relatifs à la scolarisation des jeunes sourds
      Evolution des dispositifs et des partenariats
      Accompagnement en modalité individuelle et collective (en milieu ordinaire avec AESH/ codeur en LPC/ interprète/SSEFS) ou dispositif collectif (PEJS, ULIS, UEE) ou en milieu spécialisé (unité d’enseignement, section pour jeunes sourds présentant des troubles associés).
      1.3. Connaissance du système scolaire et des parcours de scolarisation et de formation
      1.3.1. Histoire et grands principes du système éducatif Histoire de l’éducation
      1.3.2. Organisation du système scolaire français (enseignement – la question de l’orientation des élèves) Système scolaire français et cadres institutionnels :
      Cadre législatif et réglementaire
      Organisation académique et hiérarchique
      Niveaux et types de scolarisation
      Organisation en cycles
      Socle commun
      Programmes et instructions
      1.3.3. La poursuite des parcours (études supérieures, formations professionnelles qualifiantes et certifiantes)
      UE 2 – Acteurs et partenariats pour l’accompagnement global du parcours et éthique professionnelle – 59 h – 5 ECTS
      2.1. Acteurs (structures, services et dispositifs de l’accompagnement du public) et Partenariat Univers institutionnels, cultures et pratiques des professionnels de l’accompagnement et du soin
      2.1.1. Environnement législatif et réglementaire Droits de l’usager
      Planification, sectorisation, territorialisation : rôle de l’agence régionale de santé (ARS), des collectivités, etc.
      Organisation et fonctionnement des ESMS
      Coopération (décret du 2 avril 2009)
      Autres dispositifs et leurs acteurs
      Interventions des praticiens libéraux
      2.1.2. Métiers et cultures professionnelles de l’action sociale, médico-sociale, sanitaire, socio-éducative et judiciaire Place des associations dans la vie publique
      Mouvements d’éducation populaire
      Rôle de gestionnaire des associations gestionnaires
      Composition des équipes (personnels éducatifs, socio-éducatifs, de soins, d’encadrement, etc.)
      Les différents métiers et cultures professionnelles de l’action sociale et médico-sociale et de la protection de l’enfance
      Les différents métiers et cultures professionnelles du soin et de la rééducation
      2.1.3. Travailler en partenariat Méthodes de coopération et de partenariat (techniques d’entretiens, de négociation, de réunions, écrits professionnels au service du partenariat, etc.)
      Principes du partenariat interinstitutionnel
      Outils de coopération et de partenariat (PPS, PAI, PAP, PIA, PPA, etc.)
      Règles éthiques et déontologiques (respect de la confidentialité des informations, secret et discrétion professionnels, etc.)
      2.1.4. Travailler avec un accompagnant d’élèves en situation de handicap (AESH) Cadre d’intervention de l’AESH, ses missions
      Les différentes modalités de fonctionnement, de collaboration au sein de la classe ou du dispositif
      Aide à l’analyse des situations pour définir les rôles respectifs de l’AESH et de l’enseignant dans les relations avec la famille et autres partenaires
      Mettre en place des outils permettant de mieux communiquer (carnet de liaison, grille d’observation)
      2.1.5. Organisation des structures médico-sociales en ce qui concerne les jeunes sourds : le cadre du CAMSP, du SAFEP, du SSEFS (SESSAD) et de l’unité d’enseignement. Cadre réglementaire – Référence au code de l’action sociale et des familles
      Outils de la loi n° 2002-2
      Recommandations de bonnes pratiques professionnelles pour le secteur médico-social
      Travail en équipe pluridisciplinaire
      Cadre d’intervention : Plan personnalisé de compensation – Projet personnalisé de scolarisation – Projet individualisé d’accompagnement
      Caractéristiques des divers dispositifs dont l’accompagnement pédagogique en SSEFS (accessibilité et compensation)
      2.2. Coopération avec la famille Professionnalisation des relations et construction du parcours de formation avec les familles
      2.2.1. Aspects institutionnels des relations école-famille Terme juridique de « famille »
      Droits des familles, leur place et leur rôle dans le parcours de formation des élèves à besoins éducatifs particuliers et les dispositions propres aux élèves en situation de handicap
      2.2.2. Incidences sur la vie familiale des BEP d’un enfant ou d’un adolescent Stéréotypes à l’égard des familles d’élèves à besoins éducatifs particuliers
      Incidence des difficultés scolaires sur la vie familiale
      Répercussions du handicap dans le contexte familial : annonce et évolutions du handicap.
      2.2.3. Construction d’un partenariat avec les famille Savoir écouter les familles et prendre en compte leur connaissance de la situation
      Savoir conduire un entretien avec les familles
      Se positionner comme interlocuteur privilégié des familles
      Préserver le cadre d’un dialogue ouvert avec les familles
      2.2.4. Partenariat famille-professionnel autour du PPS de l’élève sourd Concevoir le PPS d’un élève sourd
      2.3. Posture et éthique professionnelles
      2.3.1. Complémentarité du travail en équipe pluriprofessionnelle
      2.3.2. La communication, le partage d’informations et la rédaction des écrits professionnels
      2.3.3. Responsabilité et éthique professionnelle
      DF2. SURDITÉS ET TROUBLES ASSOCIÉS – 100 h
      UE 3 – Connaissance de la surdité – 40 h – 4 ECTS
      3.1. Approche socio historique, culturelle et linguistique de la surdité Contexte socio-historique et linguistique de la surdité : jalons et enjeux socio-historiques de l’éducation des sourds
      Conséquence de la surdité sur la participation sociale et sur les relations sociales
      Identités, cultures et langues en contexte de surdité
      Monolinguisme, plurilinguisme et monde associatif
      3.1.1. Psycho-sociologie de la surdité
      3.1.2. Historique de l’éducation des sourds
      3.2. Approche fonctionnelle de l’audition
      3.2.1. Anatomie, physiologie, pathologie des organes de l’audition et éléments sur la phonation Anatomie, physiologie des organes de l’audition
      Définition de la surdité
      Dépistage néonatal
      Diagnostic
      Différents types de surdités et bilan étiologique
      Syndromes incluant une surdité
      Anatomie, physiologie des organes de la phonation
      3.2.2. Audiométrie et appareillages Présentation du métier d’audioprothésiste
      Dépistage néonatal
      Tests audiométriques objectifs et audiométrie de l’enfant
      Audiogrammes
      Choix et adaptation prothétique, types d’appareillages
      Implant cochléaire
      Gain prothétique et limites de l’appareillage
      Micro HF (système FM) et autres aides
      3.2.3. Acoustique physique et éléments de psycho-acoustique Rappels mathématiques (fonctions)
      Phénomènes oscillants
      Propriétés physiques des ondes sonores
      Audition des sons
      Production et caractéristiques des sons
      UE 4 – Troubles associés – 60 h – 5 ECTS
      4.1. Compréhension du handicap rare – Repérage et compréhension des principaux troubles associés à une surdité : troubles sensoriels, neuro sensoriels, neuro-moteurs et cognitifs
      4.2. Diagnostic fonctionnel La surdicécité
      Les troubles neuro développementaux du langage
      4.3. Remédiations Information sur les dispositifs d’accompagnement et les adaptations pédagogiques possibles.
      Outils de communication – communication alternative améliorée (CAA) outils divers dont numériques
      DF3 ENFANCE, COMMUNICATION ET PEDAGOGIE – 542 h
      UE 5 – Langues et communication – 432 h (dont 255 h de Langue des signes française – 60 h de code LPC) – 35 ECTS
      5.1. Linguistique
      5.1.1. Concepts de base dans les disciplines de la linguistique (phonétique – phonologie- lexique -morphologie – sémantique – syntaxe – pragmatique et discours) La linguistique comme approche scientifique du langage et des langues
      Notions de langage et de langues
      Signe linguistique, les langues comme systèmes de signes
      Les différents niveaux d’analyse linguistique et les unités correspondantes (son, phonème, morphème, mot, syntagme, proposition, phrase, texte).
      Enjeux sociaux, psychologiques et physiologiques de chaque unité.
      Différentes fonctions du langage et composantes du schéma de communication
      Unités linguistiques exprimant les situations de communication (personnes – temps- espace)
      Agir en parlant
      5.1.2. Linguistique en contexte de surdité
      5.1.3. Linguistique appliquée et pratique
      5.2. Acquisition du langage en contexte de surdité, bilinguisme, plurilinguisme.
      5.2.1. Bilinguisme – plurilinguisme Didactique du plurilinguisme
      Questions de bilinguisme en contexte scolaire
      Politiques linguistiques de la France
      Recherches existantes sur le bi-plurilinguisme en contexte de surdité
      Compétences professionnelles pour l’enseignement des langues.
      Démarche (auto-)biographique.
      5.2.2. Projet linguistique
      5.3. La langue des signes française (LSF)
      5.3.1. Linguistique de la LSF, analyse et utilisation de la LSF dans l’enseignement Introduction à la linguistique de la LSF
      Différentes approches et modèles
      Grilles d’analyse et essais
      Construction de séances
      5.3.2. Pratique de la LSF : Niveau B2 visé pour toutes les options. Niveau C1 visé pour les étudiants qui se destinent à l’enseignement en dispositif bilingue ou en séance de Parole-langue-langage en LSF (option) Evaluation initiale – Positionnement
      Révision et apprentissages des niveaux supérieurs
      Analyse, exercices et production de vidéos
      5.4. La langue française orale
      5.4.1. Acquisition en contexte de surdité Situation de l’enfant sourd pour un accès au langage oral
      Méthodes et outils pour le développement du langage oral
      5.4.2. Initiation aux méthodes spécifiques d’acquisition du langage
      Phonétique acoustique Acoustique des voyelles et consonnes
      Perceptions acoustiques et adaptations
      Education auditive
      Phonétique articulatoire Phonétique articulatoire
      Transcription en alphabet phonétique international
      Description articulatoire des sons du français
      Phénomènes de phonétique combinatoire
      Rythme et prosodie
      Introduction à d’autres systèmes phonétiques (liens et conséquences sur les langues étrangères)
      Théorie, initiation et technique des méthodes verbo-tonale, dynamique naturelle de la parole Motricité de la parole, valeurs prosodiques du langage à l’aide de la macro-motricité
      Optimales des phonèmes en rythmique corporelle
      Rythme musical et comptines
      Technique du graphisme phonétique
      Analyse – mises en situation
      Pratique de la verbo-tonale Apprentissage progressif des mouvements optimaux des phonèmes puis avec mots et phrases
      5.4.3. Le langage parlé complété (code LPC)
      Découverte et pratique du code LPC Définition et enjeux du code LPC et de son utilisation dans divers contextes
      Evaluation de la réception de la parole, présentation du test TERMO
      Apprentissage du code et apprentissage de la pratique de la langue française orale avec appui du LPC (usage fluide)
      Usages didactiques du code LPC
      5.4. La langue française écrite
      5.4.1. L’écrit – Processus en jeu dans l’activité du lire et de l’écrire – Fonctions de l’écrit Exploration du monde de l’écrit dans ses dimensions historique et culturelle, sémiotique et linguistique anthropologique, cognitive et socio-affective
      5.4.2. Littératie en contexte de surdité Evolution du rapport aux écrits et à l’écriture d’un public d’apprenants
      Outils pour accompagner et développer la littératie
      UE 6 – Pédagogie générale et adaptée, psychologie – 110 h – 10 ECTS
      6.1. Les principaux concepts de pédagogie générale
      6.1.1. Les grands courants pédagogiques
      6.1.2. Processus enseigner/ apprendre – concepts didactiques et pédagogiques
      6.1.3. La notion de pédagogie de projet
      6.2. Enseignement et accompagnement pédagogique
      6.2.1. Conception, élaboration, mise en œuvre de progressions, de séquences, de séances pédagogiques et de projets Connaissances sur les contextes et conditions extrinsèques de l’apprentissage et leurs conséquences sur le fonctionnement de l’élève à besoins éducatifs particuliers,
      Analyse des besoins éducatifs particuliers (outils d’observation et d’évaluation, analyse des compétences, besoins transversaux).
      Adaptation des situations d’apprentissage (privilégiant l’accessibilité)
      Conception et mise en œuvre des pratiques adaptées au sein du processus d’enseignement
      Programmes de l’enseignement primaire et secondaire et socle commun de connaissances, de compétences et de culture et enjeux en termes de connaissances, de capacités et d’attitudes
      Adaptation des situations d’apprentissage en fonction de la diversité des besoins ( le temps et l’espace, les supports, la communication/les interactions, les démarches d’apprentissage, les situations d’apprentissage et les formes d’activité, l’étayage et enrôlement, le regroupement des élèves, les consignes données, les formes d’évaluation
      6.2.2. L’évaluation
      6.2.3. Analyse des besoins éducatifs particuliers
      Les adaptations pédagogiques dans les différents champs disciplinaires
      et la démarche d’accessibilisation
      6.2.4. La gestion de groupe – la prise en compte de la diversité
      6.2.5. La différenciation pédagogique
      6.3. Psychologie du développement et des apprentissages
      6.3.1. Psychologie du développement Le développement psycho-moteur
      Le développement cognitif
      Le développement socio-affectif
      Le développement du langage
      La psychologie de l’adolescent
      6.3.2. Psychologie de l’enfant et de l’adolescent et situation de handicap
      Implication du fonctionnement cognitif, sociocognitif et affectif dans les apprentissages scolaires
      Implication de la surdité sur les domaines cognitifs – Apport des neurosciences – Cognition et surdité : implications de la surdité sur les processus cognitifs en jeu dans les apprentissages
      Concepts liés à la cognition sociale (attention conjointe, théorie de l’esprit)
      DF 4 SITUATIONS D’ACCOMPAGNEMENT et D’ENSEIGNEMENT (en éducation à visée inclusive) -1 030 h
      UE7. Pratiques professionnelles et contextes d’exercice – 168 h – 14 ECTS
      7.1. Développement langagier et linguistique : option au choix entre Langue des signes française et langue française orale
      7.1.1. Evaluation des compétences langagières et linguistiques et définition d’objectifs Evaluation du langage (en LSF/ à l’oral)
      Critères d’évaluation
      Pistes de travail et objectifs en fonction de l’âge et des besoins
      Analyse de productions langagières et de séances
      7.1.2. Enjeux, démarche et architecture des séances de parole-langue-langage (création de situations de communication) Séances individuelles et collectives de séances de parole-langue-langage aux diverses étapes du développement
      Trame, ossature des séances (diverses phases structurantes)
      Communication spontanée et situation de communication
      Structuration et perfectionnement du discours
      Objectifs communicationnels, prosodiques, linguistiques, pragmatiques, d’éducation auditive (acoustique et linguistique) et visuelle
      Techniques d’amélioration de la parole (en langue française orale)
      Supports visuels d’aide aux productions
      7.2. Enseignement en UE et autres dispositifs collectifs pour élèves sourds (ULIS, PEJS…)
      7.2.1. Conception de dispositifs d’enseignement et d’apprentissage en collectif – Adaptations et aménagements pédagogiques Projets interdisciplinaires
      Organisation pédagogique et adaptations
      Conception de progressions/ séquences/ séances
      7.2.2. Enseignement du français – Didactique des langues – Accès à la langue écrite Références aux instructions officielles
      Mécanismes d’apprentissage de la lecture et de l’écriture Méthodes de lecture
      Pratiques de lecture-écriture avec des élèves sourds
      Analyse et construction de séances et de progressions
      7.2.3. Pédagogie et didactique des disciplines scientifiques : Apprentissages fondamentaux des mathématiques et autres disciplines scientifiques Didactique des mathématiques : principales notions théoriques de didactique
      Pédagogie des mathématiques : fondamentaux, difficultés et forces des élèves sourds et adaptations
      Démarche d’investigation dans les matières scientifiques
      7.2.4. Pédagogie et didactique des sciences humaines
      7.3. Education précoce (CAMSP et SAFEP) et Accompagnement pédagogique en SSEFS (SESSAD)
      7.3.1. Education précoce et accompagnement familial Dépistage de la surdité
      Communication précoce
      Suivi par les CAMSP et les SAFEP (missions)
      Education familiale et modalités d’accompagnement
      Soutien à la parentalité
      7.3.2. Organisation de l’accompagnement pédagogique en SSEFS – Construction de dispositifs d’apprentissage et coopération Actions de prévention des difficultés, de remédiations pédagogiques, outils et méthodes de travail, travail transversal de la langue.
      Apprendre à apprendre
      Les spécificités de la langue française dans chaque discipline : les adaptations, les modalités d’apprentissage, de mémorisation et de remédiation
      UE8 – Outils professionnels et compétences transversales – 75h – 6 ECTS
      8.1. Positionnement professionnel
      8.1.1. Analyse et démarche d’amélioration de sa pratique Analyse de pratiques
      8.1.2. Le co enseignement et la co intervention
      8.1.3. Construction de projets pluriprofessionnels, interdisciplinaires ou transversaux
      8.1.4. La fonction personne ressource
      Coordination
      8.2. Outils professionnels : Informatique et Culture numérique
      8.2.1. Informatique et technologies d’information et de communication pour l’enseignement (TICE) Environnement numérique professionnel
      Compétences pour la formation tout au long de la vie (veille pédagogique…)
      Responsabilité professionnelle dans le cadre du système éducatif
      Travail en réseau avec l’utilisation des outils de travail collaboratif
      Conception et préparations de contenus d’enseignement et de situations d’apprentissage propices à l’utilisation des TICE
      Mise en œuvre pédagogique et de démarches d’évaluation des TICE
      8.2.2. Multimédia et surdité Outils numériques et multimédia utiles et adaptés aux élèves sourds ou malentendants
      UE9 – Stages et Recherche – 726 h dont 690 h de stages – 36 ECTS
      Stages première année – stages d’observation Stage d’observation pédagogique en établissement scolaire (50 h)
      Stage d’observation : ORL et audioprothésiste (30 h)
      Stage d’observation pédagogique en dispositif de scolarisation de jeunes sourds (50 h)
      Stage seconde année – Stage de mise en situation professionnelle avec tutorat Stage en dispositif de scolarisation de jeunes sourds (560 h)
      Mémoire Démarche de recherche appliquée
      Suivi de mémoire et préparation de la soutenance
      UE 10 – Praxéologie – Méthodologie – 25 h – 10 ECTS

       

       


    • ANNEXE III
      RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION

      Au cours de la formation, des contrôles formatifs pourront être effectués pour assurer le suivi des acquis de la formation des candidats.

       

       

      Blocs de compétences Modalités d’évaluation et indicateurs de compétence
      BC1 : Usages avancés et spécialisés des outils numériques
      Chaque certificateur met en œuvre les modalités qu’il juge adaptées : rendu de travaux, mise en situation, évaluation de projet, etc.
      Epreuve organisée par l’établissement de formation
      Modalité d’évaluation suggérée :
      Présentation d’un projet collaboratif avec l’exploitation des outils numériques et ressources dans la réalisation d’une réponse à un objectif pédagogique (oral avec support dossier) –
      Dossier et soutenance de 30 minutes
      BC1.1. Identifier les usages numériques et les impacts de leur évolution sur le ou les domaines concernés par la mention.
      BC1.2. Se servir de façon autonome des outils numériques avancés pour un ou plusieurs métiers ou secteurs de recherche du domaine.
      Intègre les TICE dans sa pratique professionnelle.
      Identifie, utilise et exploite à bon escient des outils numériques, des ressources et des supports numériques (vidéoprojecteur, supports interactifs, logiciels, applications…) adaptés à la pratique pédagogique en tenant compte de leurs évolutions.
      BC2 : Développement et intégration des savoirs hautement spécialisés
      Chaque certificateur met en œuvre les modalités qu’il juge adaptées : rendu de travaux, mise en situation, évaluation de projet, etc.
      Epreuve organisée par l’établissement de formation
      Modalité d’évaluation suggérée :
      Mémoire de pratique professionnelle :
      Mémoire écrit (30 pages) et soutenance (30 minutes)
      BC2.1. Mobiliser des savoirs hautement spécialisés, dont certains sont à l’avant-garde du savoir dans un domaine de travail ou d’études, comme base d’une pensée originale.
      BC2.2. Développer une conscience critique des savoirs dans un domaine ou à l’interface de plusieurs domaines.
      BC2.3. Résoudre des problèmes pour développer de nouveaux savoirs et de nouvelles procédures et intégrer les savoirs de différents domaines.
      BC2.4. Apporter des contributions novatrices dans le cadre d’échanges de haut niveau, et dans des contextes internationaux.
      BC2.5. Conduire une analyse réflexive et distanciée prenant en compte les enjeux, les problématiques et la complexité d’une demande ou d’une situation afin de proposer des solutions adaptées et/ou innovantes en respect des évolutions de la réglementation.
      Analyse une problématique en montrant l’articulation entre théorie et pratique.
      Mène une démarche rigoureuse et cohérente en s’appuyant sur une méthodologie de recherche.
      Apporte des réponses ou propose des pistes d’actions et de réflexion
      Adopte une démarche réflexive sur un sujet et sur sa pratique : prend de la distance, déconstruit ses représentations et les reconstruit par rapport à des références théoriques et à la réalité du terrain.
      S’appuie sur les concepts et les derniers travaux de recherche du domaine.
      BC3 : Communication spécialisée pour le transfert des connaissances
      Chaque certificateur met en œuvre les modalités qu’il juge adaptées : rendu de travaux, mise en situation, évaluation de projet, etc.
      Epreuve organisée par l’établissement de formation
      Modalité d’évaluation suggérée :
      Elaboration d’une communication professionnelle : Projet d’un support de communication à des fins d’information sur un sujet du domaine/ de la surdité (présentation orale (langue française orale ou langue des signes française du support écrit)
      Exposé oral de 15 minutes
      BC3.1. Identifier, sélectionner et analyser avec esprit critique diverses ressources spécialisées pour documenter un sujet et synthétiser ces données en vue de leur exploitation.
      BC3.2. Communiquer à des fins de formation ou de transfert de connaissances, par oral et par écrit, en français et dans au moins une langue étrangère.
      Sélectionne des ressources pour créer un support de communication adapté et transmettre de l’information.
      Maîtrise la langue française écrite et orale et au moins une autre langue.
      Utilise un langage approprié en fonction du public, présente des concepts et adopte une démarche de formation ou de transfert de connaissances pertinente.
      Sélectionne des ressources pour créer des outils et supports adaptés aux actions de pratiques pédagogiques/ à des actions d’information.
      BC4 : Appui à la transformation en contexte professionnel
      Chaque certificateur met en œuvre les modalités qu’il juge adaptées : rendu de travaux, mise en situation, évaluation de projet, etc
      Epreuve organisée par l’établissement de formation
      Modalité d’évaluation suggérée :
      Etude de situation et proposition d’élaboration d’un projet pluridisciplinaire –
      Ecrit de 2 heures ou atelier collectif et rendu écrit
      BC4.1. Gérer des contextes professionnels ou d’études complexes, imprévisibles et qui nécessitent des approches stratégiques nouvelles.
      BC4.2. Prendre des responsabilités pour contribuer aux savoirs et aux pratiques professionnelles et/ou pour réviser la performance stratégique d’une équipe.
      BC4.3. Conduire un projet (conception, pilotage, coordination d’équipe, mise en œuvre et gestion, évaluation, diffusion) pouvant mobiliser des compétences pluridisciplinaires dans un cadre collaboratif.
      BC4.4. Analyser ses actions en situation professionnelle, s’autoévaluer pour améliorer sa pratique dans le cadre d’une démarche qualité.
      BC4.5. Respecter les principes d’éthique, de déontologie et de responsabilité environnementale.
      Analyse d’une situation complexe nécessitant une nouvelle approche stratégique
      Maîtrise la conduite de projets, notamment par un travail collaboratif en équipe en incluant l’aspect pluridisciplinaire et pluri professionnel avec le partage d’expertise.
      Mobilise ses connaissances dans les divers domaines en jeu (linguistique, psychologique, médical, éducatif, social).
      Recherche des ressources et sollicite des professionnels partenaires afin de proposer des ajustements des objectifs et des actions mis en place.
      Sait utiliser des stratégies pédagogiques différenciées.
      BC5 : Compétences communes à tous les professeurs et personnels d’éducation
      Chaque certificateur met en œuvre les modalités qu’il juge adaptées : rendu de travaux, mise en situation, évaluation de projet, etc.
      Epreuve organisée par l’établissement de formation
      Modalité d’évaluation suggérée :
      Etude de situation portant sur le positionnement professionnel et questions – Soutenance orale (30 minutes)
      BC5.1. Faire partager les valeurs de la République.
      BC5.2. Inscrire son action dans le cadre des principes fondamentaux du système éducatif et dans le cadre réglementaire de l’école.
      BC5.3. Connaître les élèves et les processus d’apprentissage.
      BC5.4. Prendre en compte la diversité des élèves.
      BC5.5. Accompagner les élèves dans leur parcours de formation.
      BC5.6. Agir en éducateur responsable et selon des principes éthiques.
      BC5.7. Maîtriser la langue française à des fins de communication.
      BC5.8. Utiliser une langue vivante étrangère dans les situations exigées par son métier.
      BC5.9. Intégrer les éléments de la culture numérique nécessaires à l’exercice de son métier.
      BC5.10. Coopérer au sein d’une équipe.
      BC5.11. Contribuer à l’action de la communauté éducative.
      BC5.12. Coopérer avec les parents d’élèves.
      BC5.13. Coopérer avec les partenaires de l’école.
      BC5.14. S’engager dans une démarche individuelle et collective de développement professionnel.
      Se positionne dans un environnement institutionnel en tant que professionnel, en respectant l’éthique et la déontologie.
      Co construit le parcours de formation avec la famille.
      Se réfère au cadre réglementaire et applique les démarches institutionnelles.
      Mobilise ses savoirs notamment sur les politiques éducatives et sociales et ses observations réalisées lors des stages.
      BC6 : Compétences communes à tous les professeurs
      Chaque certificateur met en œuvre les modalités qu’il juge adaptées : rendu de travaux, mise en situation, évaluation de projet, etc.
      Epreuve organisée par le centre de formation
      Modalité d’évaluation suggérée :
      Dossier d’élaboration d’une progression pédagogique selon un contexte d’enseignement donné.
      Eléments de base recueillis lors des stages de première année puis réflexion d’adaptation en deuxième année à un public d’élèves sourds avec ou sans troubles associés.
      Dossier et soutenance (30 minutes)
      BC6.1. Maîtriser les savoirs disciplinaires et leur didactique.
      BC6.2. Maîtriser la langue française dans le cadre de son enseignement.
      BC6.3. Construire, mettre en œuvre et animer des situations d’enseignement et d’apprentissage prenant en compte la diversité des élèves.
      BC6.4. Organiser et assurer un mode de fonctionnement du groupe favorisant l’apprentissage et la socialisation des élèves.
      BC6.5. Evaluer les progrès et les acquisitions des élèves.
      Analyse les compétences des élèves : élabore des évaluations (diagnostiques, formatives, sommatives).
      Définit des objectifs d’apprentissage
      Construit : progression, séquence, séances / programmation
      Connaît les contenus disciplinaires et les didactiques propres au domaine choisi.
      Se réfère aux programmes et au socle commun de connaissances, de compétences et de culture.
      Sélectionne des ressources et créé des supports adaptés.
      Conçoit l’animation de situations d’enseignement et d’apprentissages collectives ou individuelles (modalités de travail, organisation espacé/ temps/ communication…).
      Prévoit une différentiation pédagogique selon les besoins des élèves.
      BC7 : Conception et mise en œuvre de dispositifs inclusifs
      Chaque certificateur met en œuvre les modalités qu’il juge adaptées : rendu de travaux, mise en situation, évaluation de projet, etc.
      Epreuve organisée par le centre de formation
      Modalité d’évaluation suggérée : :
      Epreuve permettant le contrôle de connaissances sur le cadre législatif et règlementaire et sur les écrits professionnels
      Ecrit de 4 heures
      BC7.1. Maîtriser les concepts fondamentaux qui permettent de construire une société inclusive.
      BC7.2. Se positionner dans l’environnement (institutionnel, familial, associatif…) et collaborer avec les différents acteurs du parcours de vie des personnes à besoins spécifiques.
      BC7.3. Analyser les besoins des différents publics et mettre en œuvre des réponses adaptées pour permettre la participation sociale des publics à besoins spécifiques.
      Connaît les différents dispositifs d’accompagnement et les divers projets (PPS, PIA).
      Prend en compte les différents environnements.
      Intègre à sa pratique la coopération avec les différents partenaires au sein des structures dans l’accompagnement des personnes à besoins spécifique.
      Assure un positionnement de personne ressource.
      Identifie les besoins et met en œuvre des actions permettant le développement de l’autonomie et la participation sociale.
      BC8 : Analyse des besoins spécifiques des jeunes sourds et élaboration de réponses adaptées
      Chaque certificateur met en œuvre les modalités qu’il juge adaptées : rendu de travaux, mise en situation, évaluation de projet, etc.
      Epreuves organisées par le centre de formation
      Modalités d’évaluations suggérées : :
      Evaluation formative de la LSF tenant compte du niveau initial
      Evaluation finale de la maîtrise du code LPC et de son utilisation avec la langue orale
      Linguistique : dossier réflexif à partir d’un questionnement sur la langue, objet de linguistique, réalisé en première année et poursuivi en deuxième année (lectures scientifiques et corpus).
      Dossier et oral (15 minutes)
      Etude de cas : Analyse d’un cas et élaboration d’un projet de travail à visée de développement langagier et linguistique – Dossier et oral
      Notes de stages : support de questions relatives à des connaissances sur la surdité (domaines variés) – Ecrit et oral (15 minutes)
      BC8.1. Connaître et comprendre le cadre institutionnel et les divers dispositifs de scolarisation et d’accompagnement des jeunes sourds en lien avec les aspects législatifs et réglementaires.
      BC8.2. Comprendre les enjeux de l’éducation des jeunes sourds par des connaissances sur les éléments fondamentaux de la surdité dans une perspective socio-historique.
      BC8.3. Connaître les implications de la surdité sur les processus cognitifs intervenant dans les apprentissages, particulièrement dans le domaine du langage, en lien avec les divers aspects développementaux chez l’enfant.
      BC8.4. Connaître les éléments principaux de l’appareil audio-phonatoire et les aides de récupération auditive afin d’accompagner de manière adaptée le développement langagier (selon le projet linguistique de l’enfant).
      BC8.5. Connaître le cadre d’intervention auprès des enfants de 0 à 3 ans et les missions en éducation précoce, avec la mise en place de la communication, en étroite coopération avec la famille, l’équipe pluridisciplinaire et auprès des partenaires si nécessaire (crèches, structures médico-sociales ou autres).
      BC8.6. Développer un niveau de maîtrise des langues d’enseignement, en lien avec des connaissances en linguistique et didactique des langues, permettant d’enseigner en respectant le profil linguistique des élèves.
      BC8.6.1. Maîtriser le code LPC afin d’enseigner en langue française orale avec le code LPC
      BC8.6.2. Compétences en LSF au niveau B2 visé pour tous et C1, pour l’option LSF
      BC8.7. A partir de l’évaluation des compétences de l’élève et de ses besoins, construire des séquences d’enseignement collectives ou individuelles qui visent des objectifs de développement (de la réception et de l’expression) de la langue française orale ou de la langue des signes française et écrite des élèves.
      BC8.8. Recourir aux méthodes et aides techniques appropriées au développement de la langue française orale sur le versant réceptif et/ou expressif selon les besoins de l’enfant.
      BC8.9. Connaître les approches de l’apprentissage du français écrit selon le profil linguistique des élèves et développer des démarches et outils adaptés.
      BC8.10. Mobiliser ses connaissances pour concevoir des actions adaptées selon le dispositif d’exercice notamment en SSEFS ou UEE, en intervention avec un autre professionnel selon différentes modalités (co-intervention, co-enseignement ou autre).
      BC8.11. Connaître de nouvelles technologies numériques, supports pédagogiques ou d’autonomie (logiciels, applications…) répondant aux besoins particuliers des élèves sourds.
      BC8.12. Connaître et développer des dispositifs d’apprentissage adaptés aux élèves avec troubles associés à la surdité, aux élèves avec des contextes linguistiques variés ou avec d’autres besoins éducatifs particuliers.
      Maîtrise le cadre législatif et les enjeux de la scolarisation des jeunes sourds.
      Exploite ses connaissances dans les domaines liés à la surdité (connaissances linguistiques, pédagogiques, socio-historiques, Evalue les compétences en sélectionnant des outils pertinents et ajuste les objectifs en les différenciant selon les profils linguistiques particuliers et des éventuels troubles associés.
      Prend en compte les implications de la surdité au niveau du langage et des apprentissages.
      Analyse les profils langagiers et les capacités de l’enfant et propose des objectifs de séances de parole-langue-langage adaptés.
      Sélectionne et utilise des outils et des méthodes adaptés pour le développement langagier et linguistique.
      Vise un niveau B2 de maîtrise la langue des signes française et maîtrise le code LPC afin de répondre aux besoins communicationnels et à respecter les projets linguistiques.
      Mène une réflexion sur la question du langage et de la langue en contexte de surdité, en mobilisant des concepts des sciences du langage.
      BC9 : Mise en œuvre de l’accompagnement pédagogique adapté aux enfants, adolescents et jeunes adultes sourds dans leur parcours de formation à visée inclusive
      L’évaluation du BC9 se réalise en situation de pratique professionnelle d’accompagnement d’élèves sourds.
      Evaluation organisée par le ministère chargé des personnes handicapées.
      Epreuve 1 – Enseignement de la langue française orale ou de la langue des signes française (option au choix du candidat) : épreuve professionnelle comportant deux séances de parole, langue et langage, respectivement une séance individuelle (30 minutes maximum) et une séance collective (30 minutes maximum), suivies chacune d’un entretien n’excédant pas 15 minutes
      Epreuve 2 – Enseignement didactique de la langue française écrite et d’un autre domaine d’apprentissage (au choix du candidat) : épreuve professionnelle de deux séances successives de 55 minutes maximum en modalité collective ou en modalité individuelle, suivies d’un entretien n’excédant pas une heure
      Epreuve 3 – Conception de projets : présentation aux examinateurs, suivie d’un entretien, pour une durée maximale de 30 minutes au total, du projet individuel d’accompagnement d’un élève (au choix des examinateurs) et présentation du projet pédagogique d’enseignement collectif ou des actions pédagogiques en tant que personne ressource
      Epreuve 4 – Maîtrise de la communication : les compétences en communication sont évaluées spécifiquement tout au long des séances face aux élèves.
      BC9.1. Agir de façon éthique en prenant en compte les éléments réglementaires et institutionnels de ses environnements professionnels en lien avec les responsabilités attachées à sa fonction.
      BC9.2. Développer des compétences relationnelles, de communication et d’animation, et exercer une fonction de personne ressource au sein de la communauté éducative et de son environnement, pour favoriser la transmission de l’information et de compétences, le partage de connaissances et la coopération.
      BC9.3. Adapter son mode de communication au profil langagier et au projet linguistique des élèves et favoriser dans toute situation d’intervention, l’amélioration de la qualité linguistique de l’élève que ce soit en langue française écrite, orale (avec ou sans le code LPC) et en langue des signes française (niveau B2 visé ou C1 pour l’option LSF).
      BC9.4. Maîtriser les contenus d’enseignement disciplinaires et leur didactique, particulièrement le domaine des langues (langue française orale et langue des signes française) et de la langue écrite en mobilisant des outils et méthodes adaptées (pour la langue française écrite et la langue française orale).
      BC9.5. Par sa fonction d’expert dans les domaines pédagogique et langagier, évaluer les compétences, analyser les besoins d’accessibilité et de compensation, concevoir et mettre en œuvre des situations d’apprentissage et d’accompagnement en réponse aux situations diverses.
      BC9.6. Construire et mener des projets interdisciplinaires et/ ou pluri professionnels contribuant au développement de pratiques inclusives.
      BC9.7. Intégrer à sa pratique l’usage et la maîtrise des technologies de l’information et de la communication, et la connaissance d’aides techniques et d’outils numériques spécifiques adaptés à la surdité.
      BC9.8. Analyser et adapter sa pratique professionnelle en tenant compte des évolutions des besoins des élèves sourds accompagnés, du métier et de son environnement de travail.
      Epreuve 1 :
      Adopte une posture professionnelle éthique et responsable dans le cadre d’un accompagnement adapté à la situation de l’enfant sourd avec ou sans troubles associés, en modalité collective et individuelle, au regard de l’évaluation de ses compétences et de ses besoins.
      Présente une évaluation approfondie des compétences langagières des élèves.
      S’appuie sur les connaissances nécessaires à l’élaboration de projets de développement langagier et linguistique.
      Conçoit et met en œuvre des séances de parole-langue-langage après détermination des objectifs de développement des compétences langagières, de l’autonomie et de la participation sociale.
      Organise les situations d’apprentissage selon un déroulement incluant différentes étapes progressives en réponses aux domaines des objectifs établis.
      Propose les techniques ou méthodes adéquates en fonction des objectifs visés.
      Justifie le choix des ressources mobilisées, de méthodes, techniques correctives et leur cohérence avec les autres professionnels.
      Analyse ses séances au regard des objectifs visés, évalue les apprentissages des élèves et propose des pistes de prolongement et d’amélioration.
      Epreuve 2 :
      Adopte une posture professionnelle éthique et responsable dans le cadre d’un accompagnement adapté à la situation de l’élève sourd avec ou sans troubles associés, en modalité collective ou individuelle, au regard de l’évaluation de ses compétences et de ses besoins.
      Définit, conçoit et met en œuvre des progressions selon des objectifs d’apprentissages scolaires ou de formation.
      Met en œuvre des situations d’enseignement et d’apprentissage en référence aux programmes et au socle commun et selon une organisation adaptée (communication, espace, temps, modalités de travail).
      Prévoit un déroulement de séance cohérent (activités, rythme et durée) et ajuste les étapes selon la situation d’enseignement.
      Atteste de la maîtrise des contenus d’enseignement et des didactiques des disciplines, particulièrement en langue française écrite et dans l’autre domaine d’apprentissage choisi.
      Développe des méthodes de travail favorisant l’autonomie des élèves.
      Sélectionne des ressources pertinentes, crée des supports et mobilise des méthodes et outils adaptés.
      Différencie et individualise les apprentissages pour répondre à la diversité des élèves.
      Met en place des conditions propices aux apprentissages : instaure une bonne relation pédagogique, gère le collectif, encourage et valorise les élèves, explicite les évaluations (par compétences).
      Intègre l’usage des technologies numériques à son enseignement.
      Collabore avec les divers acteurs du dispositif de l’exercice professionnel (équipe éducative, équipe pluri professionnelle…) et co construit des réponses adaptées en termes de pratiques et de projets.
      Mène une démarche réflexive sur sa pratique.
      Epreuve 3 :
      Connait, analyse et prend en compte le projet individualisé d’accompagnement, projet auquel il contribue par une évaluation et une définition des objectifs dans ses domaines de compétences professionnelles.
      Décrit le profil langagier de l’élève et son projet linguistique.
      Prend en compte les conséquences de la surdité et d’éventuels troubles associés sur le langage et les apprentissages.
      Connaît les caractéristiques de la modalité de scolarisation (cadre réglementaire) et conduit des actions adaptées au dispositif d’accompagnement.
      Connaît le déroulement de l’admission, de la procédure d’élaboration et suivi du PIA, de la mise en œuvre du PPS et de son suivi (cadre de l’équipe de suivi de scolarisation, ESS).
      Présente le projet pédagogique dans le cadre d’un enseignement collectif.
      Explique la coopération avec les familles et les divers environnements des élèves et précise une action menée comme personne ressource (analyse de besoins d’accessibilité et de compensation).
      Expose des projets pluri professionnels ou pluridisciplinaires.
      Epreuve 4 :
      Dans toutes les situations :
      Etablit une communication adaptée, favorisant la participation et les interactions des élèves.
      Propose des modèles linguistiques de qualité aux élèves et veille à l’amélioration de leur expression et de leur compréhension dans toute situation.
      S’assure de la clarté de son discours (objectifs explicités, consignes…).
      Maîtrise la langue française écrite et les langues d’enseignement, et utilise les modalités de communication en respectant les projets linguistiques des élèves :
      – Utilisation adaptée de la LSF
      – Utilisation adaptée de l’oral (avec ou sans code LPC)
      Et alternance des deux langues si la composition du groupe le nécessite.
      Mobilise des outils de communication alternative améliorée selon les besoins des élèves.
      Elabore des outils et supports adaptés.
      Développe, co construit et mobilise des références collectives et individuelles.
      Utilise à bon escient les TICE.
      Rédige des écrits professionnels de qualité.
      Justifie ses choix dans le domaine de la communication.

       

       


    • ANNEXE IV
      NOTICE ET DOSSIER DE VALIDATION (LIVRET 2) DES ACQUIS DE L’EXPÉRIENCE DU DIPLÔME D’ÉTAT DU CERTIFICAT D’APTITUDE AU PROFESSORAT DES JEUNES SOURDS
      NOTICE D’ACCOMPAGNEMENT

      Cette notice a pour objet de vous accompagner dans la rédaction du dossier de validation ou livret 2.

      1. La profession de professeur spécialisé auprès de jeunes sourds
      1-1. Définition du métier

      Le professeur spécialisé titulaire du diplôme d’Etat du certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement adapté aux jeunes sourds (CAPEJS) assure des fonctions d’enseignement et d’accompagnement pédagogique permettant les apprentissages scolaires et la formation des enfants, adolescents ou jeunes adultes sourds.
      Il intervient en éducation précoce, au niveau primaire, secondaire ou professionnel ; il peut également intervenir au niveau supérieur, et exercer auprès d’élèves présentant des troubles spécifiques du langage.
      Il exerce ses fonctions principalement dans les établissements et services médico-sociaux mentionnés au I de l’article L. 312-1 du code de l’action sociale et des familles, et au sein de leurs différents dispositifs, pour l’accompagnement des jeunes sourds avec ou sans troubles associés.
      Pour ce faire, il instaure un cadre favorable et met en œuvre les activités nécessaires à leur développement langagier et linguistique. Il participe également à celui de la maîtrise des outils et stratégies de compensation de leur handicap, à celui de leur autonomie et de leur socialisation.
      Il vise une maîtrise de la langue française écrite, orale et de la langue des signes française dans le respect de leur projet linguistique individuel ainsi que l’acquisition de connaissances et compétences qui leur permettent de suivre un parcours de formation les menant vers une insertion sociale et professionnelle.
      Il conçoit et met en œuvre des séances de parole langue-langage selon leur profil langagier et leur projet linguistique.
      Il assure une fonction d’expertise pour évaluer et analyser les besoins de compensation et d’accessibilité, et y répondre en appliquant les principes de différenciation pédagogique.
      Il est force de proposition pour l’élaboration et la réalisation du projet individualisé d’accompagnement, notamment pour la mise en œuvre du projet personnalisé de scolarisation de l’élève quel que soit son mode de scolarisation en favorisant un parcours inclusif.
      Son action s’effectue en coopération étroite avec la famille, les membres de la communauté éducative et de l’équipe pluridisciplinaire médico-sociale auprès de qui il exerce une mission de professionnel ressource pour sensibiliser, conseiller, et adapter l’environnement en respectant la volonté du bénéficiaire de son accompagnement.
      Il assure une veille professionnelle et contribue à l’amélioration des pratiques. Il peut exercer des missions de tuteur et s’impliquer dans des actions de recherche.

      2. L’accès au diplôme d’Etat de certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement des jeunes sourds par la validation des acquis de l’expérience

      Le dossier de validation est soumis au jury constitué et présidé conformément au règlement et aux dispositions régissant le diplôme.
      Le dossier de validation que vous complèterez, a pour objectif d’analyser votre expérience au regard des exigences du diplôme d’Etat du certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement des jeunes sourds.
      Vous serez, sur la base de ce livret, convoqué à un entretien avec le jury. Cet entretien vous donnera notamment la possibilité d’approfondir des aspects de votre expérience qui n’auraient pas été suffisamment explicités dans votre écrit ou illustrés par des documents annexés.
      Les principales fonctions que doivent être en capacité d’exercer les titulaires du diplôme d’Etat du certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement des jeunes sourds figurent dans le référentiel professionnel en annexe 1 du présent arrêté.
      Le référentiel professionnel constitue, pour vous, un document de travail indispensable pour vous aider à la constitution du dossier de demande de VAE, notamment dans le choix des expériences et des situations à décrire.
      Il rend compte des principales fonctions que doivent être en capacité d’exercer les titulaires du diplôme d’Etat du certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement des jeunes sourds

      Fonctions I : Enseignement et accompagnement pédagogique

      F1. Elaboration, adaptation et réalisation d’évaluations.
      F2. Conception de l’action pédagogique adaptée aux besoins éducatifs particuliers de l’élève.
      F3. Mise en œuvre de l’action pédagogique adaptée aux besoins éducatifs particuliers de l’élève.
      F4. Développement de la maîtrise des outils et stratégies de compensation du handicap sensoriel.

      Fonctions II : Relation partenariale et accompagnement global du parcours

      F5. Coopération avec les familles.
      F6. Participation à l’action des équipes pluriprofessionnelles médico-sociales.
      F7. Participation à l’action des équipes pédagogiques.
      F8. Appui médico-social aux professionnels de l’environnement de l’enfant, de l’adolescent ou du jeune adulte.

      Fonctions III : Veille, réflexion, production et transmission professionnelles

      F9. Participation aux démarches institutionnelles.
      F10. Information relative à la pratique professionnelle et transmission des connaissances.
      F11. Analyse, auto-évaluation et amélioration personnelles de la pratique.
      F12. Tutorat, intervention en formation et implication dans des actions de recherche scientifique.
      Chacune de ces fonctions est déclinée en activités. Il s’agira, pour vous, de rendre compte de votre expérience en prenant appui, régulièrement, sur le référentiel professionnel en annexe 1 du présent arrêté.
      Les compétences requises pour exercer les fonctions de professeur de l’enseignement adapté aux jeunes sourds sont déclinées par blocs de compétences.

       

       

      DIPLÔME D’ÉTAT DU CERTIFICAT D’APTITUDE AU PROFESSORAT DE L’ENSEIGNEMENT DES JEUNES SOURDS
      BLOCS DE COMPÉTENCES

       

       

       

       

      BC1 : Usages avancés et spécialisés des outils numériques
      BC2 : Développement et intégration des savoirs hautement spécialisés
      BC3 : Communication spécialisée pour le transfert des connaissances
      BC4 : Appui à la transformation en contexte professionnel
      BC5 : Compétences communes à tous les professeurs et personnels d’éducation
      BC6 : Compétences communes à tous les professeurs
      BC7 : Conception et mise en œuvre de dispositifs inclusifs
      BC8 : Analyse des besoins spécifiques des jeunes sourds et élaboration de réponses adaptées
      BC9 : Mise en œuvre de l’accompagnement pédagogique adapté aux enfants, adolescents et jeunes adultes sourds dans leur parcours de formation à visée inclusive

       

       

      Les compétences à mobiliser au sein de chaque bloc de compétences sont précisées dans l’annexe 1 du présent arrêté.
      C’est au regard de ces compétences que le jury procèdera à l’analyse de vos activités, aptitudes, compétences, connaissances mobilisées.
      Votre dossier de validation devra en conséquence fournir au jury une information suffisamment précise pour mettre votre expérience en regard du référentiel professionnel et pour procéder à un travail de repérage des aptitudes, compétences, et connaissances. Il sera également le support de votre entretien avec le jury.

      3. Les étapes pour établir votre dossier de validation

      3-1. 1re étape : Lisez attentivement le référentiel professionnel
      Le référentiel professionnel du certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement des jeunes sourds est précisé en annexe 1 du présent arrêté.
      3-2. 2e étape : Première analyse de votre expérience
      Procédez à une première analyse de votre expérience dans sa globalité, afin de repérer les expériences significatives dont vous rendrez compte dans votre livret 2.
      Pour cela, nous vous suggérons la démarche qui suit.

      – Mettre à plat votre expérience

      Lister les différentes activités que vous avez exercées jusqu’à ce jour, même si elles n’ont pas de relations directes avec le diplôme d’Etat du certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement des jeunes sourds.

      – Identifier vos expériences ayant un lien direct avec le diplôme d’Etat du certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement des jeunes sourds

      Ce premier travail de mise à plat doit vous permettre d’identifier, par comparaison avec le référentiel professionnel, une ou des expériences en en lien direct avec le diplôme d’Etat de du certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement des jeunes sourds.

      – Choisir une première expérience

      Il vous faut maintenant choisir une expérience, principale, qui constituera une part importante de votre dossier de validation. En effet, vous serez invité dans ce livret 2 à la décrire. Cette expérience doit évidemment avoir un rapport direct avec le diplôme d’Etat visé. Pour vous aider dans ce choix, prenez appui sur le référentiel professionnel. Il est également souhaitable que cette expérience soit la plus récente possible.

      – Choisir une autre expérience voire deux autres expériences

      Choisissez, si votre parcours personnel ou professionnel vous le permet et si vous le souhaitez, une seconde expérience qui pourra être décrite dans le dossier de validation. Une troisième expérience pourra éventuellement être relatée.
      Pour la deuxième et la troisième expérience, il vous appartient de déterminer le nombre de situations.
      Un critère essentiel doit vous guider dans le choix de ces autres expériences : elles doivent compléter l’expérience principale décrite en apportant une information nouvelle au jury.
      Plus précisément, ces expériences devront, dans la mesure du possible, vous permettre :

      – de couvrir une ou plusieurs fonction(s) ou des activités, susceptibles d’être mises en œuvre par un professeur titulaire du CAPEJS que votre expérience principale n’aurait pas mise(s) en lumière ;
      – de mettre en évidence une intervention dans un contexte différent de celui auquel vous faites référence dans l’expérience préalablement décrite, qu’il s’agisse du secteur d’activité, du type d’organisation ou des missions confiées.

      3-3. 3e étape : rédigez votre dossier de validation.
      3-3-1. Partie II du livret
      Dans la partie II du livret vous devrez présenter vos motivations, et êtes invité à compléter trois tableaux.

      – Vos motivations

      L’expression de vos motivations devra permettre au jury de comprendre les raisons de votre démarche et de votre choix de diplôme, en les référant à votre projet professionnel ou personnel.

      – Votre parcours

      Le tableau B1 permet au jury d’avoir une vision globale de vos expériences professionnelles en lien direct avec le diplôme.
      Le tableau B2 concerne les autres activités en lien direct avec le diplôme.
      Le tableau C permet au jury d’être renseigné sur les différentes formations que vous avez pu suivre, en mentionnant notamment le(s) diplôme(s) obtenu(s).
      Vous pourrez joindre à ces tableaux tous les justificatifs que vous jugerez nécessaires et les inscrirez dans le tableau des documents annexes.
      3-3-2. Partie III du livret
      Dans la partie III, vous présenterez votre expérience en lien direct avec le diplôme.
      Il est rappelé que vous n’avez pas l’obligation de documenter votre dossier de validation avec plusieurs expériences.
      La description se fera sous 3 angles :

      – présentation du cadre de votre intervention ;
      – description d’activités en lien direct avec tout ou partie des douze fonctions qui structurent le référentiel professionnel du diplôme d’Etat de certificat d’aptitude au professorat d’enseignement des jeunes sourds ;
      – analyse globale de cette expérience.

      3-3-2-1. Présentation du cadre de votre intervention
      Cette première partie (présentation du cadre de votre intervention) permettra au jury de comprendre le contexte dans lequel s’inscrit l’expérience que vous avez choisie de décrire.
      Elle comporte 6 rubriques :

      – votre emploi ou votre fonction ;
      – l’environnement institutionnel de votre structure ;
      – votre structure ;
      – votre position dans la structure ;
      – vos activités ;
      – le public et les équipes avec lesquels vous travaillez.

      A chaque rubrique, à l’exception de la première pour laquelle le questionnement est fermé, une consigne vous est proposée.
      S’agissant de la rubrique relative aux activités que vous mettez en œuvre dans le cadre de l’expérience choisie, nous vous suggérons de procéder de la façon suivante :

      – lister l’ensemble des tâches que vous réalisez, sans souci d’organisation ou de hiérarchisation ;
      – procéder ensuite à des regroupements de tâches, de manière à retenir les activités principales qui structurent votre emploi ou votre fonction ;
      – estimer en pourcentage et approximativement le temps régulièrement consacré à chacune de ces activités sur la période durant laquelle vous avez exercé l’activité.

      3-3-2-2. Description de situations d’activités significatives en lien avec les douze fonctions du référentiel professionnel
      Dans cette seconde partie, vous devrez présenter la ou les situations d’activités significatives et caractéristiques de l’expérience que vous avez choisie de relater.
      Il s’agit de rendre compte de situations d’activités qui couvrent tout ou partie du référentiel professionnel du diplôme d’Etat de certificat d’aptitude au professorat d’enseignement des jeunes sourds.
      Chaque situation devra être rattachée à une ou plusieurs fonctions du référentiel professionnel. Vous en déterminerez donc le nombre en fonction de votre choix d’organisation.
      3.4. Analyse globale de cette expérience
      Cette partie est organisée en 6 thèmes :

      – principes d’action et objectifs ;
      – sources d’information et de documentation ;
      – participation au fonctionnement collectif de la structure ;
      – degré d’autonomie, d’initiative et de délégation ;
      – évaluation de votre intervention ;
      – compétences mises en œuvre.

      Pour chaque thème, une consigne vous est proposée, afin d’orienter votre récit. Cette analyse globale devra permettre au jury de comprendre comment cette expérience vous a permis de mobiliser, d’acquérir et/ou d’actualiser vos compétences professionnelles.
      3.5. Conseils de rédaction complémentaires
      Les espaces réservés à vos réponses sont donnés à titre indicatif.
      Apportez des exemples précis et détaillés.
      Pour l’ensemble des documents transmis, veillez à préserver l’anonymat des personnes (usagers, professionnels) avec lesquels vous travaillez ou vous avez travaillé et à demander son accord au propriétaire des éléments que vous transmettrez, en particulier les documents qui sont la propriété de votre employeur.

      Dossier de validation des acquis de l’expérience (ou livret 2)
      Diplôme visé
      CERTIFICAT D’APTITUDE AU PROFESSORAT DE L’ENSEIGNEMENT DES JEUNES SOURDS

      Votre identité
      Nom de naissance :
      Nom d’usage :
      Prénom(s) :
      Date de naissance :
      Adresse :

      Code postal : Commune :
      Adresse mail :
      Tél. domicile : Autre (travail, portable) :
      Adresse professionnelle (facultative) :
      Code postal : Commune :
      Adresse mail professionnelle (facultative) :

      Déclaration sur l’honneur

      Information sur les risques encourus en cas de fraude
      L’administration se réserve la possibilité de vérifier l’exactitude de vos déclarations.
      En cas de fausses déclarations, l’obtention du diplôme vous sera refusée, et l’administration sera susceptible de dénoncer cette fraude au procureur de la République en application de l’article 40 du code de procédure pénale.
      La loi punit quiconque se rend coupable de fausses déclarations :
      « Constitue un faux toute altération frauduleuse de la vérité, de nature à causer un préjudice et accomplie par quelque moyen que ce soit, dans un écrit ou tout autre support d’expression de la pensée qui a pour objet ou qui peut avoir pour effet d’établir la preuve d’un droit ou d’un fait ayant des conséquences juridiques. Le faux et l’usage de faux sont punis de trois ans d’emprisonnement et de 45 000 euros d’amende. » (code pénal art. 441-1)
      « Le fait de se faire délivrer indûment par une administration publique ou par un organisme chargé d’une mission de service public, par quelque moyen frauduleux que ce soit, un document destiné à constater un droit, une identité ou une qualité ou à accorder une autorisation, est puni de deux ans d’emprisonnement et de 30 000 euros d’amende. » (code pénal art. 441-6)
      Sont également punissables :

      – le plagiat, qui consiste à intégrer dans son travail (copie, dossier…) l’intégralité ou des extraits d’une autre œuvre dont on n’est pas l’auteur, sans mention de la source, est une contrefaçon constitutive d’une fraude, en application des articles L. 335-2 et L. 335-3 du code de la propriété intellectuelle ;
      – la substitution d’identité lors du déroulement des épreuves ;
      – tout faux et usage de faux d’un document délivré par l’administration (falsification de relevé de notes ou de diplôme, falsification de pièce d’identité…) ;
      – la corruption ou tentative de corruption d’un agent de la fonction publique en vue d’obtenir des documents confidentiels. »

      Cette liste n’est pas exhaustive.
      Deux types de sanction peuvent vous être appliqués :

      1. Les sanctions administratives

      Selon l’article R. 335-9 du code de l’éducation « en cas de plagiat du dossier de validation, le ministère ou l’organisme certificateur peut, après que le candidat a été mis en mesure de présenter ses observations, refuser de délivrer ou retirer la certification ou les parties de certification attribuées par le jury. »

      2. Les sanctions pénales

      Toute fraude commise dans les examens qui a pour objet l’acquisition d’un diplôme délivré par l’Etat constitue un délit (références : article L. 331-3 du code de l’éducation et loi du 23 décembre 1901 réprimant les fraudes dans les examens et concours publics).
      Je déclare sur l’honneur :
      □ Avoir pris connaissance des informations relatives aux fraudes aux examens ;
      □ Attester que les situations décrites relèvent uniquement de ma pratique ou de mon expérience professionnelle ;
      Fait à , le / / Nom, prénom :
      Signature :


      • A. – Généralités

        Vous avez effectué une demande de VAE en déposant votre dossier de recevabilité (livret 1) auprès de la direction générale de la cohésion sociale.
        Votre demande a été déclarée recevable. Cette décision est valable pendant 3 ans sous réserve d’évolution réglementaire du diplôme.

        A.1. – Constitution du dossier de validation des acquis (livret 2)

        Pour vous aider dans la constitution de ce livret 2, il est nécessaire :

        – de lire attentivement la notice d’accompagnement spécifique au diplôme que vous visez, en fin de cette annexe

        De consulter attentivement le référentiel professionnel et le référentiel de compétences du diplôme d’Etat de certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement des jeunes sourds, figurant en annexe 1 du présent arrêté. Ils vous permettront de compléter votre livret 2 avec les meilleures chances de réussite.

        A.2. – Les blocs de compétences du diplôme d’Etat du certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement des jeunes sourds

        Le diplôme d’Etat du certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement des jeunes sourds est organisé en neuf blocs de compétences.
        « Les certifications professionnelles sont constituées de blocs de compétences, ensembles homogènes et cohérents de compétences contribuant à l’exercice autonome d’une activité professionnelle et pouvant être évaluées et validées. » (article L. 6113-1 du code du travail).
        Chaque bloc de compétences peut être acquis de façon autonome, conformément au tableau ci-dessous.

         

         

        BLOCS DE COMPÉTENCES
        BC1 : Usages avancés et spécialisés des outils numériques
        BC2 : Développement et intégration des savoirs hautement spécialisés
        BC3 : Communication spécialisée pour le transfert des connaissances
        BC4 : Appui à la transformation en contexte professionnel
        BC5 : Compétences communes à tous les professeurs et personnels d’éducation
        BC6 : Compétences communes à tous les professeurs
        BC7 : Conception et mise en œuvre de dispositifs inclusifs
        BC8 : Analyse des besoins spécifiques des jeunes sourds et élaboration de réponses adaptées
        BC9 : Mise en œuvre de l’accompagnement pédagogique adapté aux enfants, adolescents et jeunes adultes sourds dans leur parcours de formation à visée inclusive

         

         

        B. – Mode d’emploi

        Ce livret 2 doit permettre à un jury, qui en fera lecture et analyse, d’identifier les connaissances, aptitudes et compétences que vous avez acquises durant votre activité professionnelle, salariée ou non salariée, bénévole ou de volontariat, de sportif de haut niveau ou dans l’exercice de vos responsabilités syndicales, d’un mandat électoral local ou une fonction élective locale
        Le livret 2 vous permet de décrire les activités les plus significatives que vous réalisez ou avez réalisées et qui correspondent aux activités du référentiel professionnel et du référentiel de compétences du diplôme visé.
        Il sert de support à l’entretien avec le jury.
        La description détaillée de vos activités et du contexte dans lequel vous les exercez permettra d’informer le jury avant l’entretien, de vos aptitudes, compétences et connaissances.
        A l’issue de l’entretien, le jury décidera de vous délivrer le diplôme dans son intégralité, ou seulement certains blocs de compétences qui le constituent, ou de ne pas vous le délivrer.
        Comment choisir les activités les plus significatives que vous allez décrire et qui sont en rapport direct avec le diplôme que vous visez ?
        En consultant attentivement le référentiel d’activités professionnelles du diplôme visé, en annexe 1 du présent arrêté.
        Quand vous aurez choisi les activités les plus représentatives, vous présenterez vos fonctions et le cadre de vos interventions.


      • A. – Vos motivations

        Cette partie vous permet d’apporter des informations au jury afin d’expliciter votre démarche d’accès au diplôme et les objectifs de votre projet professionnel ou personnel.

        B. – Votre parcours

        Cette partie vous permet de faire état de vos expériences parmi lesquelles celles en qualité de salarié ou non salarié et également de bénévolat ou de volontariat, de sportif de haut niveau inscrit sur la liste mentionnée au premier alinéa de l’article L. 221-2 du code du sport ou dans le cadre de responsabilités syndicales, d’un mandat électoral local ou d’une fonction élective locale.

        B.1. – Votre parcours professionnel salarié ou non salarié

        Le tableau B1 ci-dessous vous permet de préciser l’ensemble de votre parcours professionnel (période d’emploi, périodes de stage de formation initiale ou continue en milieu professionnelle mentionnées à l’article L. 124-1 du code de l’éducation, périodes de mise en situation en milieu professionnel mentionnées à l’article L. 5135-1 du code du travail. Pour cela, listez chacun de vos emplois, y compris celui que vous occupez actuellement. Il reprend les éléments de votre dossier de demande de recevabilité.

        Tableau B1

         

         

        Période Emploi occupé
        (intitulé de votre fonction)/ stage
        Temps plein/partiel
        (quotité)
        Employeur
        (nom et adresse
        de la structure)
        Activité principale
        de la structure
        Eventuellement,
        service ou équipe d’affectation
        Public visé
        Du
        Au
        Du
        Au
        Du
        Au
        Du
        Au
        Du
        Au
        Du
        Au

         

         

        B.2. – Vos activités en dehors de celles exercées en milieu professionnel

        Le tableau B2 ci-dessous, vous permet de présenter les activités listées ci-dessus que vous avez éventuellement exercées ou celle(s) que vous exercez actuellement.

        Tableau B2

         

         

        Durée d’exercice Activités
        exercées
        Temps Consacré
        (nb. d’heures/semaine, …)
        Nom et adresse
        de la structure
        Activité principale
        de la structure
        Public visé
        Du
        Au
        Du
        Au
        Du
        Au
        Du
        Au
        Du
        Au

         

         

        C. – Votre parcours de formation

        Présentez l’ensemble de votre parcours de formation, ainsi que le(s) diplôme(s) obtenu(s).
        Pour cela, indiquez les principales étapes de votre scolarité ainsi que les différentes formations que vous avez suivies par la suite (stages, formations suivies en cours d’emploi, actions de formation continue, formations suivies dans le cadre d’un congé individuel de formation, …).

        Tableau C

         

         

        Période de formation Intitulé
        de la formation
        Durée totale
        en heures
        Nom et adresse
        de l’organisme /
        établissement de formation
        Attestation, certificat,
        diplôme obtenu(s)
        et année d’obtention
        Du
        Au
        Du
        Au
        Du
        Au
        Du
        Au
        Du
        Au

         

         


      • A. – Expérience n° 1
        A.1. – Présentation du cadre de votre intervention
        A.1.1. Votre emploi ou votre fonction

        La structure (association, établissement, collectivité, service, …) dans laquelle vous exercez votre emploi ou votre fonction
        Nom :
        Statut juridique :
        Activité principale :
        Adresse :

        Code postal : Commune :
        Effectif :
        La nature de votre emploi ou de votre fonction
        Intitulé de votre emploi ou de votre emploi ou de votre fonction :
        Date d’entrée dans l’emploi ou la fonction :
        Date de fin d’emploi ou de fonction :
        (dans le cas où l’expérience décrite n’est plus exercée)
        S’agit-il d’un emploi :
        A temps plein □ A temps partiel □ (précisez la quotité )
        S’il s’agit d’une expérience non professionnelle, indiquez le temps que vous y consacrez :
        (par exemple, nombre d’heures par semaine)

        A.1.2. Votre structure

        Décrivez la structure (association, établissement, collectivité, service, …) dans laquelle vous exercez vos activités.
        Faites notamment apparaître :

        – ses missions, ainsi que les grandes lignes de son projet ;
        – son organisation interne (organisation hiérarchique et répartition des rôles, principales modalités de fonctionnement interne, …)

        A.1.3. L’environnement institutionnel de votre structure

        Décrivez l’environnement institutionnel dans lequel s’inscrit votre structure.
        Présentez les partenaires, donneurs d’ordre, financeurs, … avec lesquels votre structure est en relation. Vous ferez notamment clairement apparaître ceux avec lesquels vous êtes personnellement en relation en précisant la nature de ces relations et leur fréquence.
        Si besoin est, vous pouvez vous aider d’un schéma ou d’un tableau.
        Evoquez précisément la nature des mesures ou des dispositifs qui déterminent votre intervention.
        Un organigramme, faisant apparaître votre position, pourra compléter votre description.

        A.1.4. Votre position dans cette structure

        Précisez votre position dans cette structure.
        Présentez et commentez vos principales fonctions et/ou responsabilités.
        Si la nature de vos fonctions a évolué au fil des années, faites état des évolutions marquantes. Identifiez vos principaux interlocuteurs au sein de votre structure et présentez la nature des relations que vous entretenez avec eux.

        A.1.5. Vos activités

        Précisez, à l’aide du tableau ci-dessous, les activités que vous mettez en œuvre dans votre structure. S’agissant de la répartition de votre temps consacré à ces différentes activités, donnez des indications, mêmes approximatives, sur le temps consacré à chacune d’entre elles. Ces indications pourront par exemple s’exprimer en pourcentage.

         

         

        Nature des activités Temps consacré,
        approximativement, à l’activité (en %)

         

         

        Commentaires éventuels :

        A.1.6. Le public auprès duquel vous intervenez

        Décrivez le public auprès duquel vous intervenez. Faites état de ses principales caractéristiques.
        Présentez également les principales problématiques auxquelles vous êtes confronté(e), en donnant des exemples concrets et significatifs.

        A.2. – Description d’activités en lien direct avec les fonctions du référentiel professionnel
        A.2.1. Première situation

        Fonction(s) concernée(s) :
        (Reportez-vous au référentiel professionnel du diplôme que vous visez ainsi qu’à la notice d’accompagnement)
        Outre les indications fournies dans la notice d’accompagnement, vous pourrez vous appuyer, pour structurer votre récit, sur les items suivants :
        □ Les objectifs poursuivis □ Les ressources et méthodes mobilisées
        □ Les activités ou tâches réalisées □ Les contraintes (réglementaires, …) prises en compte
        □ Les résultats obtenus □ Les problèmes éventuellement rencontrés
        □ Les écrits professionnels produits □ Les relations établies, internes ou externes
        Mettez en avant votre implication personnelle. Pour cela, aidez-vous d’une rédaction à la première personne du singulier.
        A titre indicatif, 2 ou 3 documents, choisis par exemple parmi les écrits professionnels produits et directement référés à la présente description, pourront être annexés à votre dossier.

        A.2.2. Deuxième situation

        Fonction(s) concernée(s) :
        (Reportez-vous au référentiel professionnel du diplôme que vous visez ainsi qu’à la notice d’accompagnement)
        Outre les indications fournies dans la notice d’accompagnement, vous pourrez vous appuyer, pour structurer votre récit, sur les items suivants :
        □ Les objectifs poursuivis □ Les ressources et méthodes mobilisées
        □ Les activités ou tâches réalisées □ Les contraintes (réglementaires, …) prises en compte
        □ Les résultats obtenus □ Les problèmes éventuellement rencontrés
        □ Les écrits professionnels produits □ Les relations établies, internes ou externes
        Mettez en avant votre implication personnelle. Pour cela, aidez-vous d’une rédaction à la première personne du singulier.
        A titre indicatif, 2 ou 3 documents, choisis par exemple parmi les écrits professionnels produits et directement référés à la présente description, pourront être annexés à votre dossier.

        A.2.3. Troisième situation

        Fonction(s) concernée(s) :
        (Reportez-vous au référentiel professionnel du diplôme que vous visez ainsi qu’à la notice d’accompagnement)
        Outre les indications fournies dans la notice d’accompagnement, vous pourrez vous appuyer, pour structurer votre récit, sur les items suivants :
        □ Les objectifs poursuivis □ Les ressources et méthodes mobilisées
        □ Les activités ou tâches réalisées □ Les contraintes (réglementaires, …) prises en compte
        □ Les résultats obtenus □ Les problèmes éventuellement rencontrés
        □ Les écrits professionnels produits □ Les relations établies, internes ou externes
        Mettez en avant votre implication personnelle. Pour cela, aidez-vous d’une rédaction à la première personne du singulier.
        A titre indicatif, 2 ou 3 documents, choisis par exemple parmi les écrits professionnels produits et directement référés à la présente description, pourront être annexés à votre dossier.

        A.3. – Analyse globale de cette expérience n° 1
        A.3.1. – Principes d’action et objectifs

        Pour cette expérience n° 1, présentez les principes (éthiques, déontologiques, …) ou les principaux objectifs qui guident votre action, du point de vue, notamment, de la relation à la personne accompagnée.
        Deux exemples illustreront la façon dont vous appliquez ces principes.

        A.3.2. – Sources d’information et de documentation

        Pour cette expérience n° 1, décrivez précisément l’ensemble des sources d’information et de documentation que vous utilisez dans le cadre de votre intervention.

        A.3.3. – Participation au fonctionnement collectif de la structure

        Pour cette expérience n° 1, précisez les modalités de votre participation et contribution au fonctionnement collectif de la structure (équipe, service, établissement, …).
        Présentez, notamment, les réunions internes auxquelles vous participez en décrivant la nature exacte de votre implication.

        A.3.4. Degré d’autonomie et d’initiative

        Pour cette expérience n° 1, décrivez la façon dont vous organisez vos activités : recevez-vous des consignes ou instructions ? Si oui, de qui et sous quelle forme ? Vous fixez-vous vos propres objectifs ? Si oui, lesquels ? Devez-vous rendre compte de votre travail ? Si oui, à qui ? Dans quel cas ? Comment procédez-vous ? Quelles décisions pouvez-vous prendre seul(e) ? Par opposition, quelles décisions ne pouvez-vous pas prendre seul(e) ?

        A.3.5. Evaluation de votre intervention

        Pour cette expérience n° 1, précisez comment vous évaluez votre intervention. Sur la base de quels critères ou indicateurs ? Quand et de quelle manière ?

        A.3.6. Compétences mises en œuvre

        Pour cette expérience n° 1, présentez les principales compétences et les principaux savoirs que vos activités exigent, selon vous. Identifiez les plus importants et dites, éventuellement, pourquoi ils vous apparaissent comme tels.

        B. – Expérience n° 2

        Si vous choisissez de présenter une deuxième et éventuellement une troisième expérience, les situations présentées doivent aborder d’autres fonctions que celles développées dans le cadre de l’expérience n° 1.
        Vous suivrez la même trame que celle présentée pour l’expérience n°1.

        C. – Tableau de synthese des documents annexes

         

         

        Titre du document Annexe n° Nombre de pages

         

         

Fait le 28 mars 2023.

Pour la ministre et par délégation :
Le directeur général de la cohésion sociale,
J.-B. Dujol

Contenus liés

Marie-Pauline Larrouy (3)

Monitrice à l’école des sourds de Bordeaux Pauline naît à Pau en octobre 1834 sous le règne du roi Louis-Philippe. Son père est professeur, son grand-père paternel, employé à...

En savoir plus

Internat

L’internat est un cadre structurant, stimulant et mobilisateur, qui doit permettre de développer à la fois l’autonomie des jeunes et de les rendre plus solidaires. Il peut accueillir jusqu’à...

En savoir plus

Voyage USA 2019

Les lycéens de l'INJS participent, durant les vacances de Toussaint 2019, à un séjour de 10 jours aux États-Unis afin de visiter l'Université Gallaudet et par la même occasion découvrir les...

En savoir plus