Le château Laburthe

Les origines de  la propriété remonteraient au XIIIème siècle. La dernière origine de propriété certifiée remonte au XVIIIème siècle. Par la suite, le château a connu différents propriétaires :

  • Simon Benjamin Petit (18ème siècle)
  • Hector et Pierre Petit (1802)
  • Mathieu Caulet (1804), puis sa fille Gabrielle (1821)
  • Jean Perry (1826), puis ses enfants (1839)
  • Caroline Chamberlayne Dickson (1846)
  • Catherine Elodie Berge (1885)
  • Jules Dufour (1889)
  • M. Pehau (1912)
  • Emile Gustave Henri Morel (1914)
  • J.R.L. Boye (1917)
  • M. et Mme Coches (1928)
  • Louis Ferdinand Villemin (1932)
  • Le professeur Villemin a vendu le château à l’Etat, par acte administratif du 13 août 1951, pour construire l’Institut National des Sourdes et Muettes.
Quelques dates :

Il s’agit au début d’une propriété viticole, dont les vignes se trouvaient prés de l’actuel château Laburthe, et d’exploitation forestière et d’élevage, comme la plupart des propriétés viticoles de l’époque, pour 64 hectares. La propriété était traversée par le chemin de l’ancien hippodrome, devenu le chemin de Têtard, puis la route de Canéjan, entre la partie viticole et la partie d’élevage et d’exploitation forestière. A la fin du XIXème siècle, les vignes ont été ruinées par le phylloxéra.

C’est autour de 1825 que l’actuel château a été construit.

La construction du château a été complétée à la fin du XIXème siècle par des constructions néo-médiévales : à la place d’une cour intérieure ont été édifiés une salle à manger comprenant une cheminée néogothique, des huisseries à vitraux, des murs à panneaux de bois et comprenant des cachettes, avec un plafond à caissons, le tout agrémenté de fleurs de lys ; les communs ont été augmentés d’une tour carrée et d’une tour ronde crénelées avec meurtrières.

Fin XIXème siècle, le domaine a été divisé en deux parties. La partie de la propriété qui se trouvait au couchant du tracé du chemin de Naudet et de la route de Canéjan prit le nom de Bois-Laburthe. En 1970, y a été construit l’actuel lotissement en bordure de la rue Naudet et la résidence Eurofac.

Deux expropriations ont eu lieu sur la partie de la propriété située le long de la voie romaine, l’une pour l’extension de l’Université (1966), l’autre pour l’autoroute de la rocade sud de Bordeaux (1978).

Contenus liés

Les vitraux et la chapelle

Né à Bordeaux, le peintre Edmond BOISSONNET (1906-1995) est reconnu pour avoir tenu une position quasi historique dans la production artistique locale et régionale. Aux côtés de Jac Belaubre, de...

En savoir plus

L’INJS

Une histoire porteuse de modernité Créée en 1786, l’Institution des Sourds et Muets de Bordeaux devient établissement national par décret du 12 mai 1793. Les députés de la Convention...

En savoir plus

Centre de documentation

Le centre de documentation et d'information de l'INJS de Bordeaux est un lieu de ressources documentaires pour les élèves, les professionnels, les parents d'enfant sourd et toute personne...

En savoir plus