Enseignement de la langue des signes (WFD)

La Fédération mondiale des sourds (WFD) a publié un texte concernant l’enseignement de la langue des signes.

En effet, un certain nombre de personnes entendantes prennent la place des sourds pour l’enseignement de la langue des signes. Ces enseignements sont généralement de moins bonne qualité et ne permettent pas de développer toute la richesse des langues des signes.

Texte en anglais : https://click.pstmrk.it/3s/wfdeafnew.wpenginepowered.com%2Fwp-content%2Fuploads%2F2023%2F03%2FPosition-Paper-on-the-the-primacy-of-deaf-people-in-the-development-and-teaching-of-national-sign-languages.pdf/lvid/RWiuAQ/AQ/3331a966-3f15-4e74-8d5c-76056b8c2080/3/26yRUu_3Sx

Traduction :

Points clés

  • Les personnes sourdes et les communautés sourdes doivent être au premier plan de toutes les activités liées aux aux langues des signes. En particulier, les personnes sourdes doivent avoir la possibilité d’enseigner leurs propres langues des signes, leurs langues des signes nationales.
  • Les expériences vécues par les personnes sourdes en tant que personnes sourdes et en tant qu’utilisateurs des langues des signes doivent être reconnues comme ayant la primauté dans l’enseignement de leurs langues des signes nationales. Ceci est particulièrement critique dans les situations où le domaine de l’enseignement de la langue des signes est relativement nouveau et encore en développement. Des mesures doivent être prises pour développer la formation à l’enseignement de la langue des signes des compétences et des qualifications en matière d’enseignement de la langue des signes afin de renforcer les capacités et les compétences des personnes sourdes dans ce domaine.
  • Les langues et les cultures des communautés sourdes sont de riches ressources pour les sociétés. Les personnes sourdes Les personnes sourdes sont les mieux à même de modéliser et de partager ces ressources avec leurs sociétés, avec ceux qui veulent et ont besoin d’apprendre la langue des signes qui veulent et ont besoin d’apprendre les langues des signes, y compris les enfants sourds, leurs familles et d’autres personnes

Introduction

La Fédération mondiale des Sourds est préoccupée par les rapports émanant de pays du monde entier où les opportunités d’enseigner les langues des signes nationales sont saisies par des personnes qui ne sont pas sourdes, ce qui exclut souvent les personnes sourdes de l’enseignement de leur propre langue qui ne sont pas sourdes, ce qui exclut souvent les personnes sourdes de l’enseignement de leur propre langue. Des enseignants qui ne sont pas eux-mêmes sourds créent des entreprises qui se chargent de l’enseignement de la langue des signes, et les écoles, collèges et universités qui proposent des cours de langue des signes peuvent embaucher des entendants pour enseigner ces cours pour enseigner ces cours. Cela a pour effet de réduire les possibilités d’enseignement pour les personnes sourdes et les communautés sourdes et les communautés sourdes. En outre, la qualité de l’enseignement de la langue des signes est affectée lorsque les personnes sourdes n’enseignent pas leur langue des signes nationale. Cela a un impact négatif sur la formation des interprètes en langue des signes et la formation d’autres personnes qui enseignent et travaillent avec des enfants et des adultes sourds enfants et adultes sourds.

Les langues des signes nationales se développent naturellement lorsque les personnes sourdes se réunissent. Les communautés de sourds se forment autour des expériences partagées des personnes sourdes et de leurs orientations sensorielles uniques dans le monde.

En plus d’une langue des signes nationale, les personnes sourdes affichent et pratiquent des comportements et des valeurs culturelles sourdes. et des valeurs. Les langues des signes nationales et les cultures sourdes sont issues des personnes sourdes. Comme toutes les langues vivantes, les langues des signes nationales se développent et évoluent avec leurs communautés sourdes, et les personnes sourdes doivent être placées au centre de tous les aspects du développement de leur langue des signes nationale, y compris l’enseignement de leur langue des signes nationale, y compris l’enseignement. Les personnes sourdes qui sont des locuteurs natifs de leur langue des signes nationale ou qui utilisent leur langue des signes nationale comme première langue ou comme langue préférée, doivent être reconnues et respectées en tant que modèles et enseignants de ces langues et cultures.

La Fédération mondiale des sourds (FMS) est une organisation internationale non gouvernementale qui promeut les droits de l’homme des sourds qui promeut les droits de l’homme des personnes sourdes dans le monde entier. Une partie importante de notre travail consiste à une approche intersectionnelle de la promotion des droits de l’homme des personnes sourdes à une à une éducation dans leur(s) langue(s) des signes nationale(s). Cela inclut les personnes sourdes issues de minorités culturelles, communautés historiquement marginalisées, les personnes sourdes et aveugles, les personnes sourdes ayant des comme les personnes sourdes ayant une déficience intellectuelle et les personnes sourdes qui sont LGBTQIA+. La nécessité d’une acquisition naturelle de la langue des signes est cruciale pour toutes les personnes sourdes

Cadre juridique international

La Convention des Nations unies relative aux droits des personnes handicapées (CDPH) est le premier cadre juridique international qui reconnaît les langues des signes nationales et donne aux personnes sourdes le droit de jouir de leurs droits cadre juridique international qui reconnaît les langues des signes nationales et confère aux personnes sourdes leurs droits humains fondamentaux à la langue des signes nationale droits de l’homme fondamentaux à la langue des signes nationale. La Convention oblige les gouvernements à reconnaître l’importance des langues des signes nationales et promouvoir leur utilisation, par le biais des articles 2, 9, 21, 24 et 30. L’article 30 reconnaît légalement et confère aux personnes sourdes et aux communautés sourdes le statut de minorités culturelles et linguistiques le statut de minorités culturelles et linguistiques. Il est reconnu depuis longtemps que les personnes sourdes sont font partie d’une intersection unique d’appartenance à la fois aux minorités culturelles et linguistiques et au mouvement des personnes handicapées au mouvement des personnes handicapées. La prise de position de la DCE sur le positionnement des communautés sourdes dans les concepts de « handicap » et de « minorité culturelle et linguistique » a été publiée en mars 2007 et les minorités culturelles et linguistiques » documente le caractère unique de cette l’intersectionnalité qui n’est rencontrée par aucun autre groupe de personnes handicapées ou de minorités.

La CDPH reconnaît la primauté des personnes sourdes et leur expérience vécue de la langue des signes nationale et de la culture sourde dans l’article langue des signes nationale et de la culture sourde dans son article 4.3. Cet article oblige les États parties à consulter étroitement et à faire participer activement les personnes handicapées de consulter et d’engager activement les personnes handicapées, y compris les personnes sourdes, par l’intermédiaire de leurs organisations représentatives – les organisations de personnes handicapées et les organisations de la société civile organisations représentatives – les organisations de personnes handicapées. Pour les communautés sourdes, il s’agit le plus souvent de leurs associations nationales de sourds et de leurs organisations ordinaires de sourds.

Membres de la FMS. Les associations nationales de sourds sont gérées par et pour les personnes sourdes, reconnaissent la primauté des voix et des expériences vécues par les personnes sourdes.

L’article 4.3 de la CDPH exige des États parties qu’ils s’engagent de manière significative avec les organisations de personnes handicapées, y compris les associations nationales de sourds des personnes handicapées, y compris les associations nationales de sourds, dans toute législation, programmes et politiques concernant les personnes sourdes et les langues des signes nationales. En outre, les États parties prennent toutes les mesures appropriées pour assurer la reconnaissance et la promotion de l’utilisation des langues des signes nationales dans la législation et dans les politiques et programmes publics. La promotion couvre également le soutien aux publications, à la formation et à l’éducation, à la recherche et à l’utilisation générale des langues des signes nationales, l’éducation, la recherche et l’utilisation générale.

La mise en œuvre de la CDPH devrait se traduire par une augmentation de l’enseignement et des ressources en langues des signes nationales, ainsi que de la recherche professionnelle et universitaire et des ressources, ainsi que de la recherche professionnelle et universitaire sur les langues des signes nationales. Assurer la primauté du rôle des personnes sourdes dans tous les travaux sur les langues des signes nationales doit inclure et soutenir les efforts visant à renforcer la capacité des personnes sourdes à diriger le développement de leur langue des signes nationale langues des signes nationales. Le développement de la capacité des personnes sourdes à enseigner et à diriger le développement de leurs langues des signes nationales pourrait inclure, par exemple, le financement d’ateliers de formation pour les experts en enseignement des langues des signes pour les personnes sourdes des ateliers de formation pour les experts en enseignement des langues des signes des sourds d’autres pays, s’ils n’existent pas dans ce pays.

Les Etats parties ont la responsabilité et le devoir de veiller à ce que les personnes sourdes aient la possibilité de se former et de travailler en tant qu’enseignants de langues des signes nationales, et de disposer de ressources suffisantes pour ce travail, en mettant en place des cours de formation des enseignants dotés de ressources appropriées par la mise en place de cours de formation des enseignants dotés de ressources appropriées. Ces enseignement et la formation ne doivent pas être entrepris sans la participation significative de des personnes sourdes dûment qualifiées et/ou expérimentées et de leurs organisations.

Les personnes sourdes jouent un rôle important dans l’enseignement des langues des signes nationales, tant pour les apprenants de L1 que de L2 et l’enseignement englobe une grande variété de groupes et de pédagogies. L’enseignement peut consister en l’instruction de nouveaux signants, comme le baby-signing, des cours de langue des signes nationale

L’enseignement peut consister en une formation pour les nouveaux signants, telle que le bébé signe, des cours de langues des signes nationaux communautaires, des cours dans des environnements éducatifs allant du primaire au postsecondaire,

et des programmes de développement professionnel et de formation d’interprètes. Il convient de noter en particulier l’enseignement des langues des signes nationales dans le cadre de l’éducation des enfants sourds et de leurs membres de leur famille et des personnes qui s’occupent d’eux. Les modèles de rôles sourds font partie intégrante de l’acquisition complète des langues des signes nationales par les enfants sourds et leurs familles des langues des signes nationales par les enfants sourds et leurs familles, en transmettant non seulement l’apprentissage de la langue, mais aussi les modes de vie et de perception culturels et sensoriels de vivre et d’être en tant que personnes sourdes qui sont essentielles pour le développement naturel du langage et le bien-être des familles développement naturel de la langue et le bien-être des familles. La recherche montre que les programmes de mentorat sourd ou d’instructeur en langue des signes familiale ont un impact positif sur les enfants sourds et leurs familles ont un impact positif sur le développement linguistique des enfants sourds et sur l’apprentissage de la langue par les familles entendantes et sur l’apprentissage de la langue par les familles entendantes, ainsi que sur le développement positif de la langue des signes.

Dans le cadre de ces programmes, des personnes sourdes rendent visite à des familles composées de parents entendants et d’enfants sourds.

La recherche montre  également que les cours spécialisés de langue des signes nationale pour les parents d’enfants sourds par des enseignants sourds qualifiés ont des résultats supérieurs pour l’apprentissage des langues des signes nationales par les parents l’apprentissage des langues des signes nationales par les parents.

Les ressources pédagogiques en langue des signes nationale doivent bénéficier directement aux enfants et jeunes sourds et à leurs familles, ainsi qu’aux adultes sourds leurs familles, et des adultes sourds. Dans la plupart des cas, il n’y aura pas assez d’enseignants sourds en langue des signes nationale pour dispenser des cours de langue des signes nationale pour dispenser des cours de langue des signes nationale à chaque école, collège ou université qui souhaite proposer des cours de langue des signes nationale L2 universités qui souhaitent proposer des cours de langues des signes nationales L2. Les enfants et les jeunes sourds et leurs familles et les adultes sourds ont besoin d’enseignants sourds en langue des signes nationale comme modèles culturels. Par conséquent, les ressources d’enseignement des langues des signes nationales devraient être maintenues, promouvoir et orienter vers les enfants, les jeunes et les adultes sourds et leurs familles. Dans de nombreux contextes, il est beaucoup plus facile pour un écolier ou un étudiant entendant d’accéder à un cours de langue des signes nationale qu’il ne l’est pour un professeur de langue des signes cours de langues des signes nationales que pour un enfant sourd ou un parent d’enfant sourd d’accéder à des services de langues des signes nationales fournis par des sourds des services de langues des signes nationales fournis par des enseignants sourds.

Pour illustrer ce propos, dans la région flamande de la Belgique, il est conseillé que « les signataires sourds/utilisateurs de la langue des signes ayant des connaissances linguistiques soient mieux formés que les autres » :

Les signeurs sourds/utilisateurs de la langue des signes ayant des connaissances linguistiques sont mieux situés/équipés pour répondre aux questions des étudiants/apprenants (adultes) – par rapport aux autres mieux placés/équipés pour répondre aux questions des étudiants/apprenants (adultes) – par rapport aux  personnes qui ont appris la langue des signes flamande comme L2. En outre, ils ont une meilleure de la communauté sourde et, à ce titre, ils peuvent non seulement transmettre la langue mais aussi la la langue, mais aussi la culture. Souvent, pour l’apprenant entendant, son professeur de langue des signes représente le premier contact avec une personne sourde : et grâce à ce premier contact avec un professeur sourd, il devient plus facile pour l’apprenant entendant d’entrer en contact avec la communauté sourde, ce qui est nécessaire pour pouvoir mettre en pratique ce qui est appris en classe.

La position centrale importante des personnes sourdes est également reconnue dans l’accord conclu entre la Fédération mondiale des sourds et l’Association mondiale des interprètes en langue des signes signé en 2007 « reconnaît la primauté des organisations de personnes sourdes pour définir le développement politique, culturel et éducatif de la langue des signes dans le monde entier », développement politique, culturel et éducatif de la langue des signes dans leur pays, y compris la diffusion de dictionnaires de langue des signes et l’enseignement de la langue des signes.

Recommandations

  • Les États parties devraient prendre toutes les mesures nécessaires pour garantir la capacité et l’aptitude des personnes sourdes à servir de modèles culturels et linguistiques, d’enseignants et de diffuseurs de leurs langues des signes nationales, y compris par la mise en place de formations d’enseignants en langue des signes dotées de ressources appropriées pour la formation des enseignants de langue des signes.
  • Les organisations gouvernementales et non gouvernementales, ainsi que les entreprises privées et les individus maîtrisant les langues des signes nationales, devraient garantir le principe selon lequel les communautés de sourds et les organisations dirigées par des sourds qui dirigent l’enseignement et le développement de leurs langues des signes nationales soit intégré dans leur travail. Les projets impliquant des langues des signes nationales devraient être entrepris avec la participation d’organisations dirigées par des sourds, y compris les associations nationales représentatives des personnes sourdes.

https://wfdeaf.org/

 

Contenus liés

Accueillir un sourd

Des jeunes sourds de l'IRSA, association spécialisée sur le handicap visuel, auditif, associés et rare, ont réalisé 8 clips de sensibilisation à la surdité et les partagent avec vous...

En savoir plus

La vie à l’INJS

L’INJS de Bordeaux, établissement public national, est spécialisé dans l’accompagnement pluridisciplinaire de jeunes sourds ou malentendants, âgés de 3 à 20 ans. Mais l'INJS n'est...

En savoir plus

Glossaire

  AAH : Allocation aux adultes handicapés   AEEH : Allocation d’éducation de l’enfant handicapé   AESH : Accompagnant des élèves en situation de...

En savoir plus