Illettrisme

Le mot illettrisme est un néologisme créé en 1981 par ATD Quart Monde afin de désigner les personnes ayant une connaissance insuffisante de l’écrit, bien qu’ayant été scolarisées dans notre pays. On parle d’analphabétisme pour désigner des personnes qui n’ont jamais été scolarisées. Auparavant, la définition de l’UNESCO de l’analphabétisme ne permettait pas de faire cette distinction. La notion voisine d’innumérisme s’applique aux personnes ayant des difficultés à maîtriser les nombres, le raisonnement et le calcul.

En 1995, le Groupe permanent de lutte contre l’illettrisme (GPLI) propose la définition suivante : « Le GPLI considère comme relevant de situations d’illettrisme, des personnes de plus de seize ans, ayant été scolarisées, et ne maîtrisant pas suffisamment l’écrit pour faire face aux exigences minimales requises dans leur vie professionnelle, sociale, culturelle et personnelle. Ces personnes qui ont été alphabétisées dans le cadre de l’école, sont sorties du système scolaire en ayant peu ou mal acquis les savoirs premiers pour des raisons sociales, familiales ou fonctionnelles, et n’ont pu user de ces savoirs et/ou n’ont jamais acquis le goût de cet usage. Il s’agit d’hommes et de femmes pour lesquels le recours à l’écrit n’est ni immédiat, ni spontané, ni facile, et qui évitent et/ou appréhendent ce moyen d’expression et de communication ».

En 2003, l’ANLCI reformule la définition : « L’illettrisme qualifie la situation de personnes de plus de 16 ans qui, bien qu’ayant été scolarisées, ne parviennent pas à lire et comprendre un texte portant sur des situations de leur vie quotidienne, et/ou ne parviennent pas à écrire pour transmettre des informations simples. Pour certaines personnes, ces difficultés en lecture et écriture peuvent se combiner, à des degrés divers, avec une insuffisante maîtrise d’autres compétences de base comme la communication orale, le raisonnement logique, la compréhension et l’utilisation des nombres et des opérations, la prise de repères dans l’espace et dans le temps, etc.

Malgré ces déficits, les personnes en situation d’illettrisme ont acquis de l’expérience, une culture et un capital de compétences en ne s’appuyant pas ou peu sur la capacité à lire et à écrire. Certaines ont pu ainsi s’intégrer à la vie sociale et professionnelle, mais l’équilibre est fragile, et le risque de marginalisation permanent. D’autres se trouvent dans des situations d’exclusion où l’illettrisme se conjugue avec d’autres facteurs. »

https://fr.wikipedia.org/wiki/Illettrisme

Illettrisme et école

Le ministère de l’Education nationale a diffusé une Circulaire : Prévenir l’illettrisme (Circulaire n° 2013-179 du 12-11-2013) :

(extraits)

La maîtrise de la langue française joue un rôle déterminant dans la réussite scolaire et l’insertion professionnelle et sociale. C’est pourquoi la prévention de l’illettrisme figure au cœur des missions de l’éducation et a lieu d’abord dans le cadre de la classe, dans les écoles et les établissements du second degré.

Parmi les actions proposées :

  • Mieux sensibiliser et informer les équipes éducatives
  • Consolider le pilotage du réseau « maîtrise de la langue »
  • Renforcer le lien entre l’école et les familles
  • Renforcer les partenariats

https://www.education.gouv.fr/bo/13/Hebdo43/REDE1327732C.htm?cid_bo=74953

Le site de l’Education nationale, eduscol, propose les articles suivants :

Agir contre l’illettrisme : https://eduscol.education.fr/862/agir-contre-l-illettrisme

Agir contre l’illettrisme de l’école au collège : https://eduscol.education.fr/860/agir-contre-l-illettrisme-de-l-ecole-au-college

Sortir de l’illettrisme : les actions éducatives familiales : https://eduscol.education.fr/864/sortir-de-l-illettrisme-les-actions-educatives-familiales

ANLCI

L’Agence Nationale de Lutte contre l’Illettrisme (ANLCI) a été créée en 2000, sous la forme d’un groupement d’intérêt public, dans le but de fédérer et d’optimiser les moyens de l’État, des collectivités territoriales, des entreprises et de la société civile en matière de lutte contre l’illettrisme. Dans ce cadre, l’ANLCI mobilise et travaille avec et pour ceux qui agissent au niveau institutionnel et sur le terrain pour prévenir et lutter contre l’illettrisme. Son rôle est de définir des priorités d’action et d’accélérer leur mise en œuvre : mesure de l’illettrisme, élaboration et diffusion d’un cadre commun de référence, impulsion et coordination de projets.

http://www.anlci.gouv.fr/

L’ANLCI propose un classement des Compétences de base :

Degré 1 : Repères structurants
Compétences permettant, de se repérer dans l’univers de l’écrit (identification des signes et des mots), dans l’univers des nombres (base de la numération), dans l’espace et dans le temps, de participer à des échanges oraux avec des questions réponses simples, etc.

Degré 2 : Compétences fonctionnelles pour la vie courante
Compétences permettant, dans un environnement familier, de lire et d’écrire des phrases simples, de trouver des informations dans des documents courants, de donner et de prendre des informations orales lors d’un entretien, de résoudre des problèmes de la vie quotidienne nécessitant des calculs simples, etc.
Les personnes concernées s’acheminent vers la mise en place de savoir-faire d’ordre linguistique, cognitif, mathématique, mais ceux-ci sont encore étroitement finalisés sur les situations pratiques de leur vie quotidienne.

Degré 3 : Compétences facilitant l’action dans des situations variées
Ces compétences permettent de lire et d’écrire des textes courts, d’argumenter, de résoudre des problèmes plus contextes, d’utiliser plus largement des supports numériques, etc.
Il s’agit d’aller au-delà du pragmatisme quotidien et de se diriger vers plus de distanciation, de transversalité, d’automatisation, vers une appropriation croissante des codes (règles orthographiques, registres de langue…) vers un usage plus systématique d’outils d’appréhension du réel (tableaux, graphiques, schémas…). Le degré trois est proche du niveau du certificat de formation générale.

Degré 4 : Compétences renforçant l’autonomie pour agir dans la société de la connaissance
Ce degré regroupe l’ensemble des compétences nécessaires pour être à l’aise dans la société, s’adapter aux évolutions et continuer à se former. Il correspond au bagage de fin de scolarité obligatoire. Le degré quatre est proche des exigences de formation générale des qualifications de niveau V (CAP, BEP, Brevet des Collèges, etc ).

Illettrisme et jeunesse

Un des moyens d’évaluation de l’illettrisme chez les jeunes : les Journées défense et citoyenneté. Au cours de ces Journées, les jeunes passent des tests de lecture.

Fernandez A., Giraudeau-Barthet H., 2023, « Journée défense et citoyenneté 2022 : plus d’un jeune Français sur dix en difficulté de lecture », Note d’Information, n° 23.22, DEPP. https://doi.org/10.48464/ni-23-22

(extraits)

Plus de 750 000 jeunes âgés de 16 à 25 ans, de nationalité française, ont participé au test d’évaluation de la lecture lors de la Journée défense et citoyenneté (JDC) en 2022.

L’étude des différents profils des 11,2 % de jeunes dont la compréhension en lecture est très faible (profils 1 à 4), voire inexistante, permet de préciser la nature des difficultés qu’ils rencontrent.
Ceux qui rencontrent les difficultés les plus sévères (profils 1 et 2), et qui représentent 4,9 % de l’ensemble, se caractérisent par un déficit important de vocabulaire.
De surcroît, les jeunes du profil 1 (3,1 %) n’ont pas installé les mécanismes de base de traitement du langage écrit. Les jeunes du profil 1 et 2 peuvent être considérés en situation d’illettrisme, selon les critères de l’ANLCI (Agence nationale de lutte contre l’illettrisme).

Les jeunes des profils 3 et 4 (6,3 %) ont, quant à eux, un niveau lexical oral correct, mais ne parviennent pas à comprendre les textes écrits. Pour les jeunes du profil 3 (3,0 %), des mécanismes de lecture déficitaires peuvent être invoqués. Quant à ceux du profil 4 (3,3 %), ils ont un niveau de lexique correct, mais comprennent mal ce qu’ils lisent.

https://www.education.gouv.fr/media/155711/download

Journées Nationales d’Action contre l’Illettrisme

Les Journées Nationales d’Action contre l’Illettrisme (JNAI) ont été initiées par l’ANLCI et ses partenaires en 2014, après que la lutte contre l’illettrisme a été déclarée Grande Cause Nationale en 2013. Chaque année, autour du 8 septembre (journée internationale de l’alphabétisation de l’UNESCO), les JNAI rassemblent pendant une semaine, sous une bannière commune, des manifestations qui donnent à voir l’action conduite dans notre pays pour prévenir et lutter contre l’illettrisme.

La 10e édition des Journées Nationales d’Action contre l’Illettrisme (JNAI) se tiendra du 8 au 15 septembre 2023 sous le mot d’ordre : « ILLETTRISME, EN PARLER POUR AVANCER »

https://www.illettrisme-journees.fr/

Documents sur l’illettrisme

Note sur le suivi de la mise en œuvre de l’évaluation des élèves à l’entrée de la première année au cours élémentaire (CE1). Rapport à Monsieur le ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Rapport – n° 2007- 030, mars 2007 (IGEN) https://www.cri-aquitaine.org/wp-content/uploads/2018/03/suivi_eval_CE1.pdf

Repérer et agir contre l’illettrisme (Les rencontres Études et recherches), MIPES Ile-de-France, 2004 https://www.cri-aquitaine.org/pdf/mipes_1_.pdf

L’illettrisme en France (4 pages), VOGLER Jean, Bulletin des Bibliothèques de France, T.43, n°5, 1998 https://www.cri-aquitaine.org/pdf/L_illettrisme_en_France.pdf

Rhétorique de L’illettrisme (5 pages), LAHIRE Bernard, Bulletin des Bibliothèques de France, T.43, n° 5, 1998 https://www.cri-aquitaine.org/pdf/rhetorique_illettrisme.pdf

Sous les erreurs des élèves, les méthodes des enseignants. Conférence donnée le 25 avril 2003, lors d’une journée académique « Langue et apprentissage à l’articulation école collège en REP », organisée par le groupe de pilotage « Maîtrise des langages », par le groupe de pilotage « Éducation prioritaire » et par le CRDP (CAREP et CARMAL) http://www.cndp.fr/bienlire/04-media/a-dimension.asp

Rapport de recherche sur les dispositifs de formation en savoirs de base et lutte contre l’illettrisme, réalisé pour la DGEFP avec le concours de la DARES, Hugues LENOIR (Université Paris X) – 2006 https://www.cri-aquitaine.org/pdf/lenoir_-_impact_disp._formation.pdf


Concernant la lecture des jeunes sourds, consulter :

Lecture et surdité


Contenus liés

Lecture labiale

La lecture labiale est une technique utilisée par les personnes sourdes ou malentendantes, afin d’identifier, par l’observation des mouvements de la bouche de son interlocuteur, les sons...

En savoir plus

Livres

Voici de nombreuses références concernant : les enfants sourds les malentendants les handicaps associés la langue française la lecture labiale la langue française parlée...

En savoir plus

Sites utiles

Sites officiels Ministère des solidarités et de la santé : https://solidarites-sante.gouv.fr/ Secrétariat d’État chargé des personnes handicapées : https://handicap.gouv.fr/ ...

En savoir plus